Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Coronavirus : le traitement à base de chloroquine testé en Europe

- Mis à jour le -
Par , France Bleu, France Bleu Provence

La chloroquine, une molécule contre le paludisme, est testée en France et en Europe pour lutter contre le coronavirus. Le professeur français Didier Raoult affirme qu'elle guérit le Covid-19. Mais les médecins restent prudents.

Traitement à la chloroquine (illustration)
Traitement à la chloroquine (illustration) © Maxppp - Jean François Ottonello

C'est un espoir pour la lutte contre le coronavirus, toujours sans vaccin à ce jour. Au moins sept pays européens, dont la France, ont lancé dimanche des essais cliniques pour quatre traitements expérimentaux du Covid-19, dont un à base de chloroquine. 3.200 patients, hospitalisés et en réanimation, sont concernés. 

La chloroquine est une molécule, principe actif de médicaments contre le paludisme. Elle est déjà utilisée aujourd'hui avec succès à l'IHU Méditerranée Infection de Marseille. Le professeur Didier Raoult, qui le dirige, assure qu'il soigne la maladie : "Avec la chloroquine, le virus disparaît au bout de six jours", confie-t-il au Parisien.

Des résultats probants ? 

Didier Raoult affirme qu'il a soigné 24 malades atteints du Covid-19 avec de la chloroquine et que, six jours après, un quart seulement avait encore le virus, contre 90% pour ceux qui n'ont pas pris de chloroquine. 

Des résultats "intéressants" reconnaît le professeur Jérôme Salomon, numéro 2 du ministère de la Santé, mais qui doivent encore être prouvés et étayés scientifiquement. Les tests n'ont été effectués que sur 24 patients, autant dire que l'échantillon est faible. Et certains spécialistes pointent du doigt le fait qu'il n'y a pas eu de placebo, comme c'est l'usage. 

Une solution immédiate si les essais sont concluants 

Le professeur Raoult n'en doute pas : "Tout le monde utilisera la chloroquine" pour soigner le Covid-19. Et il juge "immoral" d'attendre le feu vert des autorités : "Le président a bien dit que nous étions en guerre, explique Pierre Jouan, président du conseil régional de l'Ordre des médecins PACA, qui soutient l'initiative prise à Marseille, à France Bleu Provence. Or, quand on est en guerre, est-ce qu'on doit faire tout dans les clous ? La méthodologie ne doit pas être la même qu'en temps de paix". 

"Qu'est-ce qu'on risque de toute façon ? Les gens meurent !", renchérit sur France Inter le sénateur LR Bruno Retailleau. "Il faut produire des connaissances scientifiques rapidement" sur le sujet, rappelle Jérôme Salomon. Prudence également du côté du ministère de la Santé : 

"Ce ne serait pas la première épidémie où nous fondons un espoir sur un traitement et où l'espoir serait déçu." 

Voilà pourquoi ces essais vont se tenir en France et en Europe. Olivier Véran espère des résultats sous quinze jours, avec des données consolidées. Si le test est concluant, la chloroquine sera proposée sans délai, promet-il. L'avantage, c'est qu'elle est déjà disponible en quantité et qu'elle ne coûte pas cher. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess