Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Coronavirus : le vaccin russe Spoutnik V efficace à 91,6% selon une étude

-
Par , France Bleu

Selon une étude de la revue médicale The Lancet publiée ce mardi, le vaccin russe Spoutnik V est efficace à 91,6% contre les formes symptomatiques du coronavirus. L'Agence européenne du médicament doit débuter l'étude de son homologation la semaine prochaine.

Selon la revue médicale The Lancet, le vaccin russe Spoutnik V est efficace à 91,6% sur les formes symptomatiques du Covid-19
Selon la revue médicale The Lancet, le vaccin russe Spoutnik V est efficace à 91,6% sur les formes symptomatiques du Covid-19 © AFP - Billel Bensalem

Spoutnik V (à prononcer Vé, comme Vaccin et non pas 5 comme le chiffre romain) est un "vaccin supplémentaire" qui "peut désormais rejoindre le combat pour réduire l'incidence du Covid-19". Voici la conclusion des chercheurs indépendants après avoir examiné une étude de The Lancet au sujet de ce vaccin développé par la Russie. Selon les résultats publiés ce mardi, Spoutnik V est efficace à 91,6% contre les formes symptomatiques du coronavirus. 

"Le développement du vaccin Spoutnik V a été critiqué pour sa précipitation, le fait qu'il ait brûlé des étapes et une absence de transparence. Mais les résultats rapportés ici sont clairs et le principe scientifique de cette vaccination est démontré", ont estimé deux spécialistes britanniques, les professeurs Ian Jones et Polly Roy, dans un commentaire joint à l'étude du Lancet.

Ces premiers résultats vérifiés d'efficacité corroborent les affirmations initiales de la Russie, accueillies avec méfiance à l'automne dernier par la communauté scientifique internationale. Ils semblent classer à ce stade le Spoutnik V parmi les vaccins les plus performants, avec ceux de Pfizer/BioNTech et Moderna (autour de 95%), qui utilisent pourtant une technologie différente (l'ARN messager).

Le Spoutnik V se conserve dans un frigo classique. Il nécessite 2 doses mais les chercheurs se demandent si une seule dose ne suffirait pas, car après la première injection, la protection atteint plus de 70%. 

Les résultats publiés dans The Lancet proviennent du dernier stade des essais cliniques du vaccin, la phase 3, qui porte sur près de 20.000 participants. Entre septembre et novembre, ils ont tous reçu deux doses de vaccin ou de placebo à trois semaines d'intervalle. A chaque fois, cela s'accompagnait d'un test PCR. Dans les jours suivant l'administration de la deuxième dose, un test PCR n'était réalisé que chez les personnes qui développaient des symptômes. 

Au total, 16 volontaires sur 14.900 qui avaient reçu les deux doses du vaccin ont été testés positifs (soit 0,1%), contre 62 sur 4.900 qui avaient reçu le placebo (soit 1,3%). Les auteurs pointent toutefois une limite : dans la mesure où les PCR n'ont été réalisés "que quand les participants ont déclaré être atteints de symptômes du Covid, l'analyse de l'efficacité ne porte que sur les cas symptomatiques".

Très efficace contre les formes modérées du virus

"D'autres recherches sont nécessaires pour cerner l'efficacité du vaccin sur les cas asymptomatiques et sur la transmission" de la maladie, poursuit The Lancet dans un communiqué. Par ailleurs, en se basant sur quelque 2.000 cas de personnes de plus de 60 ans, l'étude juge que le vaccin semble efficace dans cette classe d'âge. Enfin, des données partielles semblent montrer qu'il protège extrêmement bien contre les formes modérées à sévères de la maladie.

Le Spoutnik V russe est un vaccin "à vecteur viral" : on prend pour base d'autres virus, rendus inoffensifs et adaptés pour combattre le Covid. C'est également la technique utilisée par le vaccin d'AstraZeneca/Oxford, efficace à 60% selon l'Agence européenne des médicaments (EMA).

Mais alors que le vaccin d'AstraZeneca est basé sur un unique adénovirus de chimpanzé, le Spoutnik V russe utilise deux adénovirus humains différents pour chacune des deux injections. Selon ses concepteurs, le fait d'utiliser pour le rappel un adénovirus différent de celui de la première injection pourrait provoquer une meilleure réponse immunitaire.

Spoutnik V en Europe ? 

La Russie a déposé il y a une dizaine de jours un dossier d’homologation auprès de l’Agence européenne du médicament pour son vaccin Spoutnik V. Il doit être étudié la semaine prochaine par les scientifiques européens, a appris franceinfo auprès du ministère de la Santé. Par ailleurs, si la Russie a proposé de fournir 100 millions de doses à l’Europe au 2e trimestre, pour le moment, elle n’a pas encore déposé d’offre commerciale officielle auprès de l’Union européenne, a indiqué cette même source.

Il reste de nombreuses étapes avant d’acheter ce vaccin russe. L’Agence européenne du médicament doit d’abord vérifier toutes les données annoncées, des données complètes, avant d’approuver scientifiquement ce vaccin et de le valider. Cela peut prendre des semaines, voire des mois.

"Un vaccin, on ne regarde pas sa nationalité", assurait lundi sur franceinfo Gabriel Attal, le porte-parole du gouvernement, interrogé sur la possibilité pour la France d'acheter des vaccins russes contre le Covid-19.

"Ce qu'on veut, c'est qu'il soit sûr et efficace. Et donc, dès lors qu'un laboratoire demande un enregistrement de son vaccin auprès de l'Agence européenne du médicament, c'est examiné sans regarder sa nationalité", a développé Gabriel Attal. "Si l'Agence européenne du médicament considère qu'il est sûr et efficace, la Haute autorité de santé française procèdera à la même évaluation et il pourrait évidemment être proposé aux citoyens français, si c'était le cas."

Choix de la station

À venir dansDanssecondess