Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Coronavirus : le vaccinodrome de la Beaujoire ouvrira début avril à Nantes

-
Par , France Bleu Loire Océan

Le parc des expositions de la Beaujoire à Nantes accueillera les premiers candidats à la vaccination contre le Covid-19 à partir de la première quinzaine d'avril. Il sera ouvert sept jours sur sept pendant plusieurs mois.

Le parc des expositions de la Beaujoire à Nantes sera transformé en vaccinodrome à partir de début avril
Le parc des expositions de la Beaujoire à Nantes sera transformé en vaccinodrome à partir de début avril © Radio France - Florian Cazzola

Toute la logistique est encore en train de se mettre en place mais la mairie de Nantes a désormais une idée plus précise de l'ouverture du vaccinodrome du parc des expositions de la Beaujoire. Les services tablent sur une ouverture pendant la première quinzaine d'avril et précisent que ce centre de vaccination géant sera ouvert sept jours sur sept. 

Environ 1.500 doses par jours

Pour mettre en place ce centre de vaccination, la mairie est en train de recruter du personnel. Il s'agit de volontaires parmi les agents de la Ville mais aussi des vacataires. "Pour faire fonctionner le site nous avons besoin de 20 personnes par jour", explique Marlène Collineau, adjointe en charge de la santé. L'objectif de ce centre, si les livraisons en vaccins le permettent, est d'écouler entre 1.500 et 2.000 doses par jour. Un centre de vaccination classique comme celui du Ranzay à Nantes en écoule 400 par jour. 

Un coût important pour la mairie 

La mairie estime que ce vaccinodrome va lui coûter entre 250.000 et 300.000 euros par mois. Il s'agit d'un coût logistique. Des discussions sont d'ailleurs en cours avec l'Etat pour obtenir des aides si ce n'est un remboursement de cette somme. "Mais il n'est pas question d'en faire un préalable. La priorité est de tout faire pour qu'un maximum d'habitants et d'habitantes soient vaccinés. C'est la seule chose qui compte", affirme la maire de Nantes Johanna Rolland. Le centre sera ouvert pendant au moins six mois. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess