Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Coronavirus : “Le virus est loin d’être vaincu” selon le directeur de l’ARS Hauts-de-France

Même si le nombre de cas, notamment les plus graves, diminue dans les hôpitaux des Hauts-de-France, le coronavirus continue de se propager dans la région. Le directeur de l’ARS appelle chacun à rester vigilant dans les semaines à venir.

Les hôpitaux de la région sont prêts à voir venir une éventuelle deuxième vague.
Les hôpitaux de la région sont prêts à voir venir une éventuelle deuxième vague. © Maxppp - PHOTOPQR/LA DEPECHE DU MIDI/MAXP

Après plusieurs semaines de confinement, le nombre de cas grave de Covid-19 est en baisse dans les Hauts-de-France, comme dans la France entière. Actuellement, moins de 500 personnes sont en réanimation dans notre grande région. “Mais la crise n’est pas finie, loin de là", assure le directeur général de l’Agence régionale de santé Etienne Champion. "Il y a moins de cas graves, mais ça ne veut pas dire que le virus est vaincu. Tous les jours dans les Hauts-de-France, de nouvelles personnes attrapent le virus.”  

Depuis le début de l’épidémie, plus de 10.000 personnes ont été touchées par le coronavirus dans la région et plus de 2.400 sont actuellement hospitalisées. “Nous sommes toujours sur un plateau haut et même si on commence à descendre, il ne faut pas relâcher la vigilance.” 

Le nombre de décès liés au covid-19 continue d'augmenter dans la région.
Le nombre de décès liés au covid-19 continue d'augmenter dans la région. © Radio France - Eric Turpin
Près de 2.500 personnes sont actuellement hospitalisées dans les Hauts-de-France.
Près de 2.500 personnes sont actuellement hospitalisées dans les Hauts-de-France. © Radio France - Eric Turpin

Confinement et civisme des habitants des Hauts-de-France

“La situation actuelle n’est pas liée à l’évolution naturelle de l’épidémie, souligne Etienne Champion. C’est le confinement décidé par les autorités, le civisme de nos concitoyens et la mobilisation extraordinaire des personnels hospitaliers qui permettent à la courbe de s’écraser.” 

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

Les hôpitaux prêts en cas de deuxième vague

La tension est donc moins forte désormais dans les hôpitaux régionaux. Mais si une deuxième vague épidémique survenait, ils seraient prêts à réagir selon le directeur de l’ARS.  

“Certains lits de prise en charge Covid ont été mis en sommeil, mais le système est prêt à repartir si le nombre de cas venait à ré-augmenter.” 

D’après Etienne Champion, les patients qui ont des maladies chroniques ou des accidents de la vie commencent aussi à revenir à l’hôpital. “Les lits de réanimation ne sont pas là que pour le coronavirus", rappelle-t-il. "La vigilance du système hospitalier est totale !” 

Décès d'un deuxième médecin généraliste dans le Nord

Les soignants ne sont pas épargnés par le virus. Depuis le début de l’épidémie, de nombreux soignants ont été atteints par le Covid-19, confirme le directeur de l’ARS.  

Deux médecins généralistes qui exerçaient dans le département du Nord sont également décédés ces derniers jours. “C’est une émotion très difficile pour nous tous”, assure Etienne Champion. 

50.000 tests par semaine

En ce qui concerne le déconfinement, le gouvernement a annoncé, au niveau national, un objectif de 500.000 tests par semaine à compter du 11 mai. 

“Dans la région, nous montons en charge, l’ensemble des capacités doivent être mobilisées. Notre objectif, c’est d’arriver au moins à 10%  du niveau national, donc 50.000 tests par semaine, car notre région représente 10% de la France. Nous serons au rendez-vous, peut-être même au-delà.”  

Quoi qu’il en soi, “le 11 mai ne sera pas un retour à la situation qu’on connaissait il y a quelques temps”, prévient Etienne Champion. "Il faudra de la sérénité, c’est essentiel. Les gens ont bien respecté les consignes jusqu’à maintenant et il faudra continuer. Ce civisme doit perdurer, même si les règles seront moins strictes.”  

ECOUTEZ : Etienne Champion directeur général de l'ARS Hauts-de-France, invité de France Bleu

Choix de la station

À venir dansDanssecondess