Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Coronavirus : "Le virus fait moins peur et c'est un piège", alerte un médecin mayennais

-
Par , France Bleu Mayenne

Les indicateurs épidémiologiques ne sont pas très rassurants en Mayenne selon l'ARS, avec une accélération des contaminations. Pour lutter contre le virus, le respect des gestes barrières est primordial explique ce mercredi un médecin de l'hôpital de Laval. Or, un certain relâchement est constaté.

Pour combattre le virus, le respect des gestes barrières est vital martèle  Flavie Rousseau, médecin au centre hospitalier de Laval.
Pour combattre le virus, le respect des gestes barrières est vital martèle Flavie Rousseau, médecin au centre hospitalier de Laval. © Maxppp - Arnaud Journois

La situation sanitaire se dégrade en Mayenne selon l'Agence Régionale de Santé. Notre département n'est pas encore en surveillance renforcée mais la circulation du virus est très active. Le taux d'incidence, le nombre de cas positifs pour 100.000 habitants, grimpe à 215. Dans le Nord-Mayenne, on franchit même les 300. 67 personnes sont actuellement hospitalisées dont cinq en réanimation. 

A l'approche du week-end de Pâques, où beaucoup de familles vont se retrouver, le Préfet de la Mayenne appelle à la prudence et à la vigilance. Evidemment, les repas, les regroupements familiaux ne sont pas interdits. Xavier Lefort demande à chacun et à chacune de faire très attention, l'épidémie progresse et la moitié des contaminations se fait dans un cercle privé explique-t-il.

"Les gens se sentent moins en danger, un vrai piège"

Les indicateurs épidémiologiques sont donc inquiétants, souligne Flavie Rousseau, médecin au centre hospitalier de Laval. Les gestes barrières sont moins respectés car le virus fait moins peur et c'est un piège dit-elle : "Tant qu'on n'aura pas atteint une couverture maximale de vaccination de 60%  ou 70%, on n'aura pas maîtrisé l'épidémie. Il faut continuer d'appliquer les gestes barrières. L'application de ces gestes n'est pas optimale, l'hygiène des mains, la distanciation sociale. Il n'y a guère que le masque. Là, on sent bien un relâchement, une fatigue, une lassitude et une baisse de la vigilance, une sous-estimation du risque. Globalement, on a moins peur du virus et c'est un vrai piège". 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess