Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus

Confinement individuel en Ehpad, 14.000 lits en réanimation : ce qu’il faut retenir des annonces de ce samedi

- Mis à jour le -
Par , , France Bleu

Le Premier ministre Édouard Philippe et le ministre de la Santé, Olivier Véran, ont tenu une longue conférence de presse ce samedi pour annoncer les prochaines mesures mises en place pour lutter contre le coronavirus. France Bleu fait le point sur ce qu'il faut en retenir.

"Je veux vous dire ce que nous savons et ce que nous ne savons pas,[...] ce qui nous inquiète parce que c'est vrai que certaines choses nous inquiètent",  le Premier ministre Edouard Philippe ce samedi lors d'une conférence de presse.
"Je veux vous dire ce que nous savons et ce que nous ne savons pas,[...] ce qui nous inquiète parce que c'est vrai que certaines choses nous inquiètent", le Premier ministre Edouard Philippe ce samedi lors d'une conférence de presse. © AFP - Christophe Ena / POOL / AFP

C'est un exercice inédit. Pendant près de deux heures, le Premier ministre Édouard Philippe, et le ministre de la Santé, Olivier Véran, entourés d'un panel d'experts, se sont livrés à une description exhaustive de la situation de l'épidémie de Coronavirus en France.

"Je veux vous dire ce que nous savons et ce que nous ne savons pas [...], ce qui nous inquiète, car certaines choses nous inquiètent. Je ne veux pas justifier l'action du gouvernement, [...] le moment venu, nous serons amenés à tirer les leçons de la crise et je ne suis pas de ceux qui se défaussent de leurs responsabilités" a déclaré le chef du gouvernement.

Le pire reste à venir

"Les quinze premiers jours d’avril seront encore plus difficiles que les quinze jours qui viennent de s'écouler", a commencé Édouard Philippe. L'effort est intense et va s’inscrire dans la durée, a-t-il ajouté. "Le combat ne fait que commencer. Nous doublons le nombre de cas positifs tous les trois à quatre jours, c'est un rythme d'expansion de l'épidémie très rapide."

Le Premier ministre a ensuite longuement remercié les 1ère, 2e et 3e lignes en lutte face à cette pandémie, réparant ainsi la bourde d'Emmanuel Macron, qui avait oublié nombre d'entre eux, dont les sapeurs-pompiers, dans son allocution, mercredi dernier.

Des réquisitions de masques... avec prudence

Le gouvernement avait déjà annoncé un peu plus tôt dans la journée la commande de "plus d'un milliard" de masques, notamment à la Chine, pour faire face à l'épidémie de coronavirus. Pour le Premier ministre, il est "envisageable" de réquisitionner des moyens de production de masques, médicaments et autres matériels pour lutter contre le coronavirus, mais "avec prudence".

"Aucun masque produit ou stocké sur le territoire national [ne peut] en sortir", a-t-il rappelé, mais la réquisition "n'est pas une baguette magique", a prévenu le chef du gouvernement. Il a également rappelé que la France avait besoin de 40 millions de masques par semaine.

Des Ephad verrouillés

Olivier Véran, le ministre de la santé a alors pris la parole pour annoncer l'isolement individuel dans les Ehpad. Les personnes âgées dépendantes devront rester confinées dans leurs chambres. "Les résidents en Ephad [sont les] personnes les plus vulnérables et les plus fragiles" a-t-il justifié, "nous avions activé le plan bleu, avec un éloignement des familles, mais nous devons prendre des décisions encore plus difficiles" pour ces 700.000 personnes fragiles réparties dans les Ehpad de France.

Par ailleurs, les personnels des Ehpad seront testés en priorité et ils devront eux aussi limiter leurs allées et venues dans ces établissements et "sortir le moins possible" a ajouté Olivier Véran. Enfin, il s'est engagé à "déstocker chaque jour 500.000 masques pour ces établissements", masques dont la distribution sera gérée par les départements.

14.000 lits de réanimation et plus de respirateurs artificiels

"L'enjeu, aujourd’hui, ce sont les réanimations", a ensuite reconnu Olivier Véran, "les capacités initiales de la France étaient de 5.000 lits de réanimations, elles ont été augmentées à 10.000 grâce à l'activation du plan blanc. Désormais nous souhaitons atteindre un objectif de 14.000 à 14.500 lits de réanimation. Il y a un enjeu humain et un enjeu matériel" pour le ministre de la Santé.

Sur le matériel justement, il a annoncé la commande de "1.000 respirateurs artificiels supplémentaires à des producteurs privés", des "commandes à l'étranger également" et des prêts d'autres pays, comme un prêt de "25 respirateurs livrés par l'Allemagne dans le Grand Est ce samedi matin".

Une plateforme pour mobiliser les soignants

Le gouvernement a aussi appelé à la mobilisation des soignants : internes ou jeunes retraités de médecine. Olivier Véran a annoncé que "1.000 soignants supplémentaires" renforçaient chaque jour la "réserve sanitaire depuis le début du mois de mars et cette solidarité est remarquable"

Il existe également une plateforme sur internet renfort-covid.fr qui permet aux soignants de répondre à des appels à l'aide d'établissement hospitaliers en manque de personnel.

50.000 tests de dépistage

Le gouvernement entend monter en régime avec "50.000 tests" classiques par jour d'ici fin avril, a déclaré Olivier Véran. À ce chiffre s'ajouteront "plus de 100.000" tests rapides par jour "au mois de juin". Pour ce faire, "la France a passé une commande pour cinq millions de tests rapides" qui "permettront d'augmenter nos capacités de dépistage de l'ordre de 30.000 tests supplémentaires par jour au mois d'avril" selon Olivier Véran. 

Pas de traitement connu, mais des recherches

Enfin, sur la question des traitements, Olivier Véran a rappelé qu'il n'existait "aucun traitement pour guérir le coronavirus", mais que la France et les pays européens voisins avaient "initié des protocoles pour tester plusieurs molécules thérapeutiques, dont l'hydroxychloroquine". Le ministre de la Santé a aussi précisé que "treize projets de recherche clinique en cours et une dizaine devraient recevoir un agrément très rapide je l'espère pour trouver une traitement efficace pour soigner les malades", avant d'expliquer qu'il prenait "toutes [ses] décisions après avis de sept sociétés scientifiques" et d'inviter les "Français à la patience". 

Une note d'espoir ?

Le Premier ministre, Édouard Philippe, a terminé cette conférence de presse marathon par une note d'espoir : "nous finirons par sortir de cette crise sanitaire. Il faut l'espoir, la confiance et la transparence" a-t-il martelé avant de rappeler, en conclusion que "nous sommes dans une situation difficile, nous sommes installés dans un combat qui va durer. Nous devons tous l'intégrer. Un combat qui dure c'est un combat qu'on gagne en faisant preuve de discipline : respectez les gestes barrière et le confinement. On le gagne en étant concentrés, lucides. C'est un effort collectif".

REVOIR la conférence de presse en intégralité

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu