Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Coronavirus : les 1ers effets positifs du confinement sont "plausibles" dit le directeur du CHU de Toulouse

-
Par , France Bleu Occitanie

Ce vendredi, lors de la conférence de presse hebdomadaire du CHU de Toulouse, Marc Penaud a fait le point sur l'épidémie de coronavirus dans l'ex Midi-Pyrénées. "Notre région a bénéficié du confinement", dit le directeur général.

Marc Penaud, directeur général du CHU de Toulouse
Marc Penaud, directeur général du CHU de Toulouse © Maxppp - NATHALIE SAINT-AFFRE

En cette période d'épidémie de coronavirus, le CHU de Toulouse organise un point presse hebdomadaire pour faire le point sur la situation au niveau local. La situation reste sous contrôle en Midi-Pyrénées, pas d'explosion du nombre de cas au CHU. Marc Penaud, directeur général du CHU, y voit les "plausibles" premiers effets positifs du confinement.

Le nombre d'hospitalisations stable

Au CHU de Toulouse, en ce vendredi 3 avril, 183 patients sont hospitalisés pour le Covid-19. Parmi eux, 63 sont en réanimation (dont trois patients arrivés du Grand Est). Ce nombre d'hospitalisations reste stable, le nombre de personnes en réanimation a lui "augmenté de façon relativement régulière", dit Marc Penaud.

En Midi-Pyrénées, 161 lits de réanimation Covid-19 sont actuellement utilisés (hôpital public et cliniques privées), 86 lits sont toujours disponibles.

"Le nombre de patients hospitalisés n'explose pas du tout, on est sur un plateau depuis 3- 4 jours" - Marc Penaud

Depuis le début de l'épidémie, au CHU de Toulouse, 14 personnes sont sorties vivantes de réanimation. Le CHU enregistre 8 décès du Covid-19 (dont deux hommes la semaine dernière, deux hommes de plus de 85 ans).

REACTION - Marc Penaud, directeur général du CHU de Toulouse

Les premiers effets du confinement

Pour Marc Penaud, "l'hypothèse selon laquelle le confinement porte des effets est plausible. Nous (notre région, ndlr) on a bénéficié du confinement alors que l'Est, l'Oise et la région parisienne n'en ont absolument pas bénéficié". Le directeur général reste malgré tout prudent : "On reste très prudents, mais c'est notre évaluation à date".

Les hommes toujours plus touchés que les femmes

Bon nombre de patients hospitalisés pour le Covid-19 au CHU de Toulouse ont entre 55 et 65 ans, 72% sont des hommes. Une tendance nationale explique le Pr Pierre Delobel, chef de service des maladies infectieuses et tropicales, "c'est pas quelque chose d'inexpliqué (...) L'immunité innée chez les femmes est meilleure notamment chez les femmes en âge de procréer. Il y a plusieurs explications, notamment un rôle hormonal des oestrogènes et aussi des rôles génétiques sur le chromosome X où il y a certains gènes de l'immunité qui sont en double dose chez les femmes par rapport aux hommes".

Pas de pénurie de médicaments et des stocks de masques

Aucun médicament (aucune molécule) n'est à ce jour en rupture de stock au CHU de Toulouse assure le Dr Béatrice Riu-Poulenc, responsable de la réanimation polyvalente. "150 molécules sont surveillées au niveau national mais à ce jour aucune rupture de stock chez nous", précise-t-elle.

"Pas de difficultés mais on reste extrêmement vigilants - Dr Béatrice Riu-Poulenc

La déprogrammation totale de la chirurgie "a permis de récupérer des stocks", dit le Dr Riu-Poulenc, stocks de médicaments anesthésiques notamment.

Concernant les masques, là encore, contrairement à d'autres régions, le CHU de Toulouse n'est pas le plus mal loti. "Nous avons 18 jours d'avance", dit Marc Penaud le directeur général. Tout professionnel de santé au contact de patients dispose d'un masque chirurgical toutes les 4 heures et d'un masque FFP2 pour 8 heures. 

" Nous avons 18 jours d'avance" - Marc Penaud

Pour le personnel non soignant (agents de sécurité par exemple) le CHU envisage de commander des masques jetables conçus par le Fab Lab d'Airbus. "Chaque jour nos acheteurs sont sur le pont pour gérer les stocks, c'est une lutte quotidienne", explique Marc Penaud. Le CHU a notamment acheté des masques FFP2 à la Chine.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess