Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Coronavirus : les 65-74 ans, "oubliés" de la vaccination

-
Par , France Bleu Provence

Ils se sentent oubliés, délaissés. Les Français âgés de 65 à 74 ans n'ont pas encore la possibilité de se faire vacciner contre la Covid-19. Un habitant de Saint-Savournin (Bouches-du-Rhône) atteint de problèmes cardiaques a donc écrit au ministre de la Santé.

Préparation des doses de vaccins contre le Covid-19 (photo d'illustration)
Préparation des doses de vaccins contre le Covid-19 (photo d'illustration) © Radio France - Claire Leys

Les "oubliés de la vaccination" s'impatientent. Ce sont tous les Français âgés de 65 à 74 ans... Ils seraient au total 7,3 millions ! À la fois trop jeunes et pas assez âgés. Trop jeunes pour faire partie de la première phase de vaccination et trop vieux pour se faire vacciner avec le vaccin AstraZeneca. 

Les vaccins de Pfizer-BioNTech et Moderna sont accessibles aux 75 ans et plus, aux soignants, aux aides à domicile et aux personnes souffrant de pathologies. Celui d'AstraZeneca est pour le moment réservé aux soignants de moins de 65 ans et sera bientôt ouvert aux 50-64 ans. Problème : le vaccin AstraZeneca n'est pas autorisé pour les 65-74 ans car on ne sait pas encore s'il est efficace pour cette tranche d'âge. Jeudi dernier, Olivier Véran a assuré que la vaccination des 65-74 ans débuterait entre "fin mars et mi-avril".

"Le plus difficile, c'est l'inconnu." Dominique, 67 ans

"Ça reste flou, j'ai l'impression que nous sommes les oubliés de la campagne de vaccination" déplore Dominique, 67 ans, un habitant de Saint-Savournin (Bouches-du-Rhône). "J'ai fait un infarctus à 55 ans donc je suis traité depuis 15 ans avec deux stents, mais ça ne fait pas partie des comorbidités prioritaires. On peut concevoir que les cancéreux, entre autres, soient prioritaires, ce que j'approuve tout à fait, mais on aimerait savoir quand va s'ouvrir ce créneau pour nous... Car le plus difficile, c'est l'inconnu."

Il y a quelques jours, ce biologiste à la retraite a donc écrit une lettre au ministre de la Santé Olivier Véran, en lui demandant de clarifier la situation. 

Sa femme Chantal, 67 ans également, n'est pas très optimiste quand elle voit à quel rythme avance la vaccination en France : "Ma sœur qui a 76 ans n'arrive pas à prendre rendez-vous pour se faire vacciner, alors quand est-ce que nous, on pourra le faire ? Même quand le créneau sera ouvert, il va manquer des places, ça va être comme maintenant avec les plus de 75 ans : la cohue." 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess