Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Santé - Sciences
Dossier : Coronavirus

Coronavirus : les Bordelais ne s'alarment pas

-
Par , France Bleu Gironde, France Bleu

Après la découverte de trois cas de coronavirus en France, dont un homme hospitalisé à Bordeaux, la population redoute une épidémie mais l'inquiétude des Bordelais qui se rendent au CHU Pellegrin est mesurée.

Le patient bordelais infecté par le coronavirus est hospitalisé au CHU Pellegrin.
Le patient bordelais infecté par le coronavirus est hospitalisé au CHU Pellegrin. © Radio France - Louise Buyens

Au lendemain de la confirmation de trois cas de coronavirus en France, dont un à Bordeaux, la France craint une propagation du virus. Certaines pharmacies, notamment à Paris, sont même en rupture de stock de masques. A Bordeaux, le malade de 48 ans a été hospitalisé au CHU Pellegrin où il est placé en isolement mais l'accueil des malades et visiteurs doit continuer normalement. 

Devant le CHU, Juliette n'est pas très rassurée : "Ça nous a un peu traversé l'esprit en arrivant, on s'est dit on va vraiment là où il ne faut pas".

"Oh oui, ça fait peur, il est en isolement mais est-ce qu'il a touché quelqu'un avant ? C'est ça le problème", s'inquiète Albert, venu rendre visite à un proche.

Pour Pierre, au contraire, un cas n'est pas coutume : "peut-être qu'on s’inquiétera quand il y aura mille cas mais pas pour l'instant, il ne faut pas s'alarmer !" 

Comment éviter que le virus se propage ?

L'inquiétude des visiteurs réside dans une éventuelle propagation du virus. "Il y a des risques mais les médecins les dépisteraient tout de suite, je pense, j'ai confiance en eux", se rassure Thierry. 

Pour éviter tout risque, les personnes avec lesquelles le patient bordelais a été en contact depuis sont retour de Chine sont suivies de près. 

"Il faut traiter une épidémie comme on traite un incendie, très vite repérer la source et le circonscrire le plus vite possible", a déclaré Agnès Buzyn, la ministre de la Santé, ce vendredi soir. 

Les festivités du nouvel an chinois et le défilé qui devait avoir lieu ce dimanche après-midi dans le centre-ville de Bordeaux ont été annulés, au nom du "principe de précaution", disent les organisateurs. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu