Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Coronavirus : "Les chiffres ne sont pas bons en Pays de la Loire", selon l'ARS

Le taux d'incidence a augmenté de 19% sur les sept derniers jours, a annoncé l'Agence régionale de santé ce jeudi. Les Pays de la Loire sont placés en "pré-alerte maximale".

Photo d'illustration au service des maladies infectieuses au CHU de Nantes
Photo d'illustration au service des maladies infectieuses au CHU de Nantes © Maxppp - Franck Dubray

"Voilà les chiffres du jour et ils ne sont pas bons". Voilà comment Jean-Jacques Coiplet, le directeur de l'Agence régionale de santé (ARS) des Pays de la Loire, a commencé la conférence de presse hebdomadaire consacrée à l'épidémie de coronavirus ce jeudi. Le taux d'incidence dans la région, c'est-à-dire le nombre d'habitants contaminés pour 100.000, a augmenté de 19 % sur les sept derniers jours. 

Pré-alerte maximale renforcée

"Nous vivons aujourd'hui une accélération inquiétante et dangereuse des variants. Cette vague extrêmement puissante", insiste le docteur Pierre Blaise, le directeur scientifique de l'ARS. Les départements où les chiffres sont les plus inquiétants sont le Maine-et-Loire et la Sarthe avec des taux d'incidence respectifs de 243 et 254 cas pour 100.000 habitants. La Loire-Atlantique, la Vendée et la Mayenne sont un peu moins touchés avec des taux d'incidence respectifs de 191, 189 et 186 cas pour 100.000 habitants. 

A noter que, pour la Mayenne, le taux d'incidence n'a pas augmenté autant que dans les autres départements (+ 4% seulement sur les sept derniers jours). La région dans son ensemble est en "pré alerte maximale renforcée".

La circulation virale devient de plus en plus importante dans notre région, notamment en raison du variant anglais. Il représente désormais 73,3% des cas positifs criblés, c'est-à-dire analysés pour découvrir si un variant est présent. La part des variants sud-africain et brésilien est en revanche en baisse par rapport à la semaine dernière, passant à 6,8% sur l'ensemble du territoire.

Des contrôles sur les gestes barrières

Avec l'arrivée des beaux jours, les autorités insistent sur l'importance du respect des gestes barrières et rappellent que les rassemblements de plus de six personnes dans l'espace public sont interdits. "Il y aura dans les prochains jours des contrôles renforcés non pas pour verbaliser systématiquement mais pour rappeler à nos concitoyens qu'au moment où les variants circulent fortement dans nos territoires l'importance des gestes barrières", affirme le préfet de région Didier Martin. 

Le point sur les établissements scolaires

En ce qui concerne la situation sanitaire dans les établissements scolaires, 130 classes et quatre écoles sont fermées en Pays de la Loire. 985 élèves et 122 personnels ont été testés positifs, dans un contexte d'amplification de la pratique des test salivaires qui a débutée à la mi-mars. 

Dans le détail, 64 classes sont fermées en Loire-Atlantique, 33 en Sarthe, 23 en Vendée, six dans le Maine-et-Loire et quatre en Mayenne. Deux écoles n'accueillent plus d'élèves dans le Maine-et-Loire (l'école René Goscinny à Val d'Erdre-Auxence et l'école La Fontaine à Orée-d'Anjou). Même chose à l'école Saint-Pierre de Talmont-Saint-Hilaire (Vendée) et à l'école Jules Massenet à Allonnes (Sarthe).

L'espoir de la vaccination 

Face à cette situation sanitaire dégradée en Pays de la Loire, les autorités se veulent alarmistes pour faire prendre conscience de l'importance de respecter collectivement les gestes barrières mais veulent aussi transmettre un message d'espoir. "Il faut tenir, c'est encore l'affaire de quelques semaines. La vaccination va nous prendre le relais progressivement et faire baisser les courbes", tente de rassurer Pierre Blaise. A l'heure actuelle, 48 % des plus de 75 ans ont reçu une première injection de vaccin contre le coronavirus. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess