Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Coronavirus : les cliniques appelées à la rescousse en région Centre Val-de-Loire

La phase 2 du "plan blanc" va entrer en application dans les prochaines heures en région Centre Val-de-Loire : le rôle des cliniques privées va monter en puissance, pour mieux permettre aux centres hospitaliers de Tours et d'Orléans de se concentrer sur la prise en charge du coronavirus.

A Orléans, la clinique Oréliance va peu à peu servir de lieu de délestage pour les urgences liées aux autres pathologies que celle du Covid-19
A Orléans, la clinique Oréliance va peu à peu servir de lieu de délestage pour les urgences liées aux autres pathologies que celle du Covid-19 © Radio France - Patricia Pourrez

Avec la progression de l’épidémie de coronavirus, les cliniques privées vont de plus en plus être sollicitées pour aider les hôpitaux publics. Cela fait en fait partie des dispositions du « plan blanc » qui a été activé depuis le début de la crise sanitaire. Un plan qui compte 3 phases : dans la Centre Val-de-Loire, la deuxième phase est en cours de déclenchement.

2 centres hospitaliers en première ligne

En région Centre Val de Loire, les centres hospitaliers d’Orléans (CHRO) et de Tours (CHRU) sont en première ligne pour accueillir les patients atteints du coronavirus : 67 cas en réanimation à la date du jeudi 26 mars. S’y ajoutent en deuxième rang 6 hôpitaux publics plus petits (Blois, Bourges, Chartres, Châteauroux, Dreux et Montargis) et les 2 grosses cliniques privées de Tours (Pôle Santé Léonard de Vinci et Nouvelle-Clinique de Tours +).

Jusqu’ici, les autres établissements privés n’ont fourni qu’une aide matérielle et parfois en personnel aux hôpitaux : ainsi, la clinique Oréliance a détaché 3 anesthésistes, 2 infirmières, 1 cardiologue et 1 médecin généraliste pour l’hôpital d’Orléans, ainsi que 3 autres anesthésistes pour l'hôpital militaire de Mulhouse.

Les cliniques vont accueillir les urgences non liées au Covid-19

On va à présent entrer dans la deuxième phase : là, le rôle des cliniques va être de servir de lieux de délestage pour les autres urgences - cardiologie, cancérologie, digestif, vasculaire..  Ce sera le cas, par exemple, à Orléans des cliniques de l’Archette et d’Oréliance : "Plus l'épidémie se développe, et plus les hôpitaux vont devoir ouvrir de lits en réanimation, et plus ils vont devoir concentrer leurs équipes et leurs forces sur cette situation, explique Stéphane Tulipani, directeur d'Oréliance. On est donc en train de s'organiser pour permettre le délestage de certaines activités, pour que nous puissions, nous, les prendre en charge car, évidemment, le Covid-19 n'empêche pas les autres pathologies d'exister et de continuer. On est vraiment là en soutien pour permettre au CHRO de se concentrer sur le Covid-19."

C’est seulement dans la phase 3 que toutes les cliniques en capacité accueilleront des malades du coronavirus : on n'en est pas là en région Centre Val-de-Loire, mais c’est déjà le cas actuellement en Alsace et en Ile de France, où les hôpitaux commencent à être saturés.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu