Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Coronavirus : les cliniques privées en renfort du public à Nîmes

-
Par , , France Bleu Gard Lozère

Trois établissements nîmois, le nouvel hôpital privé des Franciscaines, la Polyclinique du Grand Sud et la Polyclinique Kenval proposent des lits de réanimation pour soulager le secteur de la santé publique

Hôpital (illustration)
Hôpital (illustration) © Radio France - Anne Oger

Les cliniques privées se mobilisent pour aider l'hôpital public face à la gravité de la crise sanitaire. En tout cas, voilà déjà trois établissements nîmois, le nouvel hôpital privé des Franciscaines, la Polyclinique du Grand Sud et la Polyclinique Kenval, qui proposent des lits de réanimation pour soulager le secteur de la santé publique. Ce soutien est devenu nécessaire car la situation est maintenant critique, selon Floriane Nambert, la  directrice de la polyclinique Kenval : "La situation est très tendue depuis ce week-end. Elle s'est excessivement dégradée et de manière très rapide".

Le soutien se fera également pour ce qu'on l'appelle les "soins d'aval" . "Quand les patients ne nécessitent plus d'être en court séjour, c'est-à-dire en hospitalisation, mais dont l'état de santé nécessite encore de la surveillance avant le retour à domicile.. ces patients sont orientés des soins de suite et de réadaptation. il s'agit de rééducation et de surveillance moins aiguë. Notre établissement de Valdegour est déjà depuis la semaine dernière en capacité de se réorganiser pour pouvoir aussi accueillir des patients en soins de suite atteints du covid, pour pouvoir soulager les lits de l'hôpital"

Le nouvel hôpital privé des Franciscaines a doublé sa capacité de lits en réanimation  et se trouve désormais en mesure d'en proposer dix au total au sein de l'établissement. De son côté la Polyclinique du Grand Sud est déjà prête à ouvrir deux lits de réanimation et attend l’autorisation de l'ARS, l'agence régionale de santé pour en installer un troisième.

Par ailleurs des secteurs dédiés aux patients Covid-19 sont mis en place dans ces deux structures ainsi que dans la clinique du Kenval. Ces établissements ont également commencé à déprogrammer certaines interventions chirurgicales et médicales non urgentes. Toutes ces mesures ont été décidées en quelques heures à peine, au vu de l'aggravation brutale et extrêmement rapide de la situation depuis le week-end dernier, alors que le pic de la crise est encore attendu pour la mi-novembre

À noter que le personnel de la Clinique Jeanne d’Arc à Arles vient renforcer les équipes des Franciscaines dès la fin de semaine.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess