Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Coronavirus : les cliniques privées prêtes à augmenter leur nombre de lits en réanimation

-
Par , France Bleu

Si la situation épidémique devait s'aggraver, les hôpitaux privés sont "prêts à aider" et à doubler leur nombre de lits de réanimation, passant de 1500 ou 2000 à 4000. La Fédération de l'hospitalisation privée compte sur les bonnes volontés, chapeautées par les agences régionales de santé.

Accueil chaleureux du personnel soignant à la Clinique Saint-Privat
Accueil chaleureux du personnel soignant à la Clinique Saint-Privat © Radio France - Stéfane Pocher

De 1.500 à 2.000 lits de réanimation, les cliniques privées pourraient passer à 4000 lits. "Le privé est là, le privé peut aider" explique la Fédération de l'hospitalisation privée (FHP), via son président Lamine Gharbi. En Île-de-France par exemple, placée sous "surveillance renforcée", où 791 patients étaient en soins critiques ce vendredi, le privé pourrait prendre en charge un tiers des patients en réanimation. 

On peut aider, mais il faut aussi qu'il y ait une bonne volonté de tout le monde sur le terrain. - Lamine Gharbi, président de la FHP

Déprogrammation des opérations courantes

Comme dans le public, les cliniques déprogramment les opérations courantes, de 20 à 50% pour faire de la place et "mobiliser du personnel". Les hôpitaux privés peuvent également prendre en charge des patients du public en médecine, en soins de suite et en chirurgie hors Covid-19. Aujourd'hui, tout reposerait désormais sur la coordination entre le public, le privé, régulé par les agences régionales de santé.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess