Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus

Coronavirus : les donneurs de sang invités à prendre rendez-vous en Bourgogne-Franche-Comté

-
Par , France Bleu Bourgogne

Les centres de don du sang en Bourgogne-Franche-Comté connaissent une très forte affluence depuis cinq jours. L'Etablissement Français du Sang s'en félicite mais appelle à donner dans la durée afin de pouvoir lisser l'approvisionnement.

Don du sang - illustration
Don du sang - illustration © Maxppp - Gilles Bader

Après avoir été désertés dans un premier temps avec l'entrée en vigueur du confinement général, les centres de don du sang en Bourgogne-Franche-Comté connaissent une très forte affluence depuis jeudi dernier. Les habitants de notre grande région se sont montrés très citoyens et solidaires. L'Etablissement Français du Sang s'en félicite mais appelle à donner dans la durée afin de pouvoir lisser l'approvisionnement compte tenu de la courte durée de vie des produits sanguins (7 jours pour les plaquettes, 42 jours pour les globules rouges). On fait le point avec le docteur Mohamed Slimane, directeur adjoint de l'EFS BFC.

L'appel national a été entendu et les donneurs sont-ils revenus ?

Oui. En début de semaine dernière, lundi et mardi derniers, on a eu une baisse de fréquentation d'environ 30%, qui cumulée avec la fermeture des établissements scolaires, nous a fait perdre 900 dons sur la semaine, sachant qu'il nous faut 600 dons par jour pour les malades qui ont toujours des besoins constants. Ce retour est assez général dans les centres de dons comme dans les collectes mobiles. On a fait +42% en fin de semaine. Certaines collectes ont fait 200 à 300 fois ce qu'elles faisaient d'habitude.

Cet élan de générosité vous surprend-il ?

Nous, ça nous arrange. Ce n'est pas la première fois donc on n'a pas été surpris. On avait connu le même élan de solidarité lors des attentats de 2015 et ça nous permet de combler nos déficits.

La difficulté, c'est de garder le même rythme sur cette période qui risque de s'allonger. Vous êtes confiant ? 

Un peu moins parce que cela met les équipes en tension. Ce qu'on demande aux donneurs, c'est d'étaler leurs dons sur les trois prochaines semaines, pour qu'il n'y ait pas une attente trop longue et pour que nous puissions subvenir aux besoins des patients. On a un stock de douze jours pour palier ce genre de situation mais si on consomme 600 poches par jour, dans une dizaine de jours, il n'y aura plus rien d'où l'utilité d'étaler les dons.   

De quelle manière peut-on étaler ces dons ? 

On a constaté au cours de ces trois derniers jours que les donneurs sont disponibles. Ils ont la possibilité d'aller sur internet sur le site mon-rdv-dondesang.efs.sante. Il permet de prendre un rendez-vous à l'heure qu'ils le souhaitent, donc ça leur évite les files d'attente. C'est comme chez le médecin, vous avez rendez-vous donc vous passez en priorité. Et ça nous permet de réguler tous les actes.

Avez-vous adapté vos installations à cause du coronavirus ?  

La première mesure légale, c'est de se munir de la fiche de dérogation pour sortir. Il faut cocher la case "aide aux personnes fragiles". Deuxième chose, lorsque les donneurs arrivent, il leur faut respecter une distance d'environ deux mètres entre chaque donneur pour éviter toute éventuelle contamination. On ne demande pas de porter un masque, sauf si les donneurs savent qu'ils ont été en contact potentiel avec le Covid-19. Et au niveau de notre personnel, chacun porte un masque pour protéger les donneurs et se protéger eux même. Il y a aussi des solutions hydroalcooliques à disposition tout le long du parcours. Enfin, on a divisé nos effectifs en deux. Il y a une équipe active et l'autre qui est confinée chez elle

Peut-on aussi donner son plasma ou ses plaquettes ? 

Oui, c'est tout aussi important ! 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu