Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Coronavirus : vers une rentrée scolaire étalée sur trois semaines et par petits groupes d'élèves

-
Par , France Bleu

Les élèves de grande section, CP et CM2 pourraient être les premiers à faire leur rentrée à partir du 11 mai, a expliqué ce mardi le ministre de l'Éducation nationale à l'Assemblée nationale. La rentrée s'étalerait sur trois semaines, avec des groupes qui ne dépassent pas un certain plafond.

Seuls les établissements scolaires qui respectent un protocole sanitaire pourront rouvrir.
Seuls les établissements scolaires qui respectent un protocole sanitaire pourront rouvrir. © AFP - Ina FASSBENDER

Jean-Michel Blanquer, ministre de l'Éducation nationale, a apporté des pistes de réflexions ce mardi sur la rentrée scolaire au moment du début du déconfinement. Il était auditionné devant la commission des Affaires culturelles et de l'Education de l'Assemblée nationale.

Grande section, CP et CM2 à partir du 11 mai

Le ministre a évoqué une rentrée potentielle pour les élèves de grande section, de CP et CM2 à partir du 11 mai, avec un jour de pré-rentrée préalable pour les enseignants. Une condition cependant : ne pas dépasser un certain nombre d'élèves par classe. "L'idée actuellement est qu'on travaille par petits groupes, ce plafond pourrait être par exemple de 15 élèves", a expliqué Jean-Michel Blanquer.

Pour respecter ce quota, "l'élève sera dans quatre situations possibles : soit en demi groupe", soit "à distance", soit à l'étude "si la configuration de l'établissement le permet", soit dans une activité sportive si la commune est en mesure d'en mettre en place.

Idem pour les CE1 de REP et REP+, qui pourront rentrer sans grandes modifications s'ils ont "moins de 15 élèves", dès cette semaine du 11 mai. Il en serait de même pour "tous les élèves des écoles primaires avec des classes de moins de 15 élèves", quel que soit le niveau. Selon le ministre, il s'agit notamment des établissements situés "en milieu rural, ce qui représente 65.000 enfants aujourd'hui".

Le 18 mai pour les 6e, 3e, 1ere et Terminale

A partir du 18 mai, "ce serait au tour des 6ème et de 3ème, ainsi que la classe de 1ère et de Terminale" au lycée. Dans les lycées professionnels, "on commencerait par les ateliers industriels" à cette même date. "Enfin le 25 mai, l'ensemble des classes pourrait rentrer", toujours avec des groupes à la taille limitée, a poursuivi le ministre de l'Education nationale.

Les établissements rouvriront s'ils respectent le "protocole sanitaire"

"Il y aura une forte autonomie laissée aux établissements dans la manière de faire pour tenir compte d'un certain nombre de réalités", a précisé le ministre de l'Education, prenant notamment l'exemple des cantines. Par endroits, si on ne peut pas respecter les règles sanitaires, la cantine pourra être remplacée par "une sandwicherie", a-t-il expliqué. Plus généralement, un "protocole sanitaire" est en cours d'élaboration. "Nous travaillerons avec les collectivités locales pour les enjeux tels que la présence de savon, de gel hydro-alcoolique", a-t-il ajouté, assurant que "tant que ces conditions ne seront pas réunies, les établissements n'ouvriront pas".

Une doctrine sera également établie sur la nécessité de tests ou le port du masque.

Pas d'obligation d'aller à l'école

Jean-Michel Blanquer s'est enfin exprimé sur la question de la présence des élèves et des enseignants. Pas question d'obliger les professeurs "qui ont une vulnérabilité de santé ou qui ont une personne vulnérable à la maison" à venir dans les établissements scolaires. "Ils pourront rester chez eux et être en télétravail" à partir du 11 mai. Les modalités de ce télétravail restent à définir. 

S'agissant des élèves, "si des familles ne veulent pas envoyer leur enfant, c'est possible, mais il faudra assurer l'enseignement à distance". "Un élève ne sera jamais en dehors de l'obligation scolaire", a prévenu le ministre. En mai et en juin, "le but ne [sera] pas de boucler les programmes à tout prix", a-t-il cependant rappelé.

Le Premier ministre Edouard Philippe doit présenter un plan de déconfinement à la fin du mois d'avril. Les modalités de cette rentrée scolaire doivent être définitivement arrêtées à cette date.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu