Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Coronavirus : la réouverture progressive des écoles le 11 mai inquiète les syndicats enseignants et parents

-
Par , France Bleu

C'est l'une des annonces principales de l'allocution du chef de l'État du lundi 13 avril : les cours reprendront progressivement à partir du 11 mai dans les écoles, collèges et lycées. La mesure soulève toutefois l'inquiétude des syndicats d'enseignants et des parents d'élèves.

Après près de deux mois de fermetures, les crèches, écoles, collèges et lycées pourront rouvrir leurs portes à partir du 11 mai, de façon progressive
Après près de deux mois de fermetures, les crèches, écoles, collèges et lycées pourront rouvrir leurs portes à partir du 11 mai, de façon progressive © Radio France - Bénédicte Courret

Avec la prolongation jusqu'au 11 mai prochain du confinement dans la lutte contre le Covid-19, le retour sur les bancs de l'école se retrouve de fait, lui aussi, repoussé. À partir de cette date, les écoles, collèges et lycées rouvriront "progressivement" a déclaré hier soir Emmanuel Macron lors de son allocution depuis l'Élysée. "Trop d'enfants, notamment dans les quartiers populaires, dans nos campagnes, sont privés d'école sans avoir accès au numérique et ne peuvent être aidés de la même manière par les parents, c'est pourquoi nos enfants doivent pouvoir retrouver le chemin des classes" a ajouté le président de la République. 

Le "grand flou" des conditions de reprise

Une annonce qui suscite déjà l'incompréhension des syndicats enseignants et des parents d'élèves. "Aujourd'hui, l'inquiétude c'est de savoir si tous les moyens seront mis en place dans un mois" a réagi sur France Info la co-présidente de la Fédération des Conseils de Parents d'Élèves Carla Dugault. Les inquiétudes se cristallisent notamment sur la question du stock de masques et de savon à disposition dans les établissements scolaires. Ou encore sur les mesures à mettre en place pour appliquer les gestes barrières, le respect de la distance d'un mètre par exemple dans une classe et dans les cours de récréation. Et pour l'instant, le plan de reprise n'est pas encore déterminé. 

Il ne faudrait pas que l'école, les personnels de l'école fassent les frais d'une organisation qui n'a pas été pensée en termes de tests

"Cela veut dire effectivement du matériel, des masques, du gel. Ça veut dire aussi du temps pour préparer cette rentrée. Et ça veut dire effectivement qu'on ne peut pas rassembler 100 enfants dans la cour de récréation (...) Il ne faudrait pas que l'école, les personnels de l'école fassent les frais d'une organisation qui n'a pas été pensée en termes de tests, en termes de confinement liés à cela" réagit également Francette Popineau, secrétaire générale du Snuipp-FSU. 

D'après les syndicats et les parents d'élèves, une réouverture trop précoce pourrait mettre en première ligne enfants et enseignants face au risque d'une deuxième vague de contamination. La responsable syndicale Francette Popineau s'interroge dans ce cadre sur la décision d'Emmanuel Macron : "Les cinémas et les restaurants seraient fermés alors pourquoi les écoles seraient-elles ouvertes ?"

Les annonces d'Emmanuel Macron du 13 avril 2020
Les annonces d'Emmanuel Macron du 13 avril 2020 © Visactu
Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu