Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Coronavirus : les étudiants d'une école de kiné de Montpellier proposent des exercices en ligne

-
Par , France Bleu Hérault, France Bleu

En raison du confinement, les cabinets de kinésithérapie sont fermés au public. Mais les kinés ne restent pas les bras croisés pour autant. Beaucoup ont recours à la télé-consultation. L'école des kinés de Montpellier a quant à elle créé une chaîne Youtube proposant des dizaines d'exercices en ligne

Les étudiants de l'IFMK de Montpellier ont créé une chaîne Youtube et proposent une véritable bibliothèque d'exercices
Les étudiants de l'IFMK de Montpellier ont créé une chaîne Youtube et proposent une véritable bibliothèque d'exercices - Capture d'écran

Malgré le confinement, les masseurs-kinésithérapeutes ont décidé de ne pas rester inactifs et surtout, de ne pas abandonner totalement leurs patients.

Beaucoup d'entre eux proposent en effet des télé-consultations durant lesquelles ils évaluent l'évolution de leur état physique, et continuent aussi de leur proposer, à distance, de petits exercices. 

"Cela ne remplace certes pas une séance normale, mais c'est toujours mieux que rien".

À Montpellier, Romain Dolin, masseur kinésithérapeute, propose ces séances de "télé-kinésithérapie" en visio, via les réseaux sociaux. Et tout le monde, lui comme ses patients, semble satisfait.

"Ce n'est pas de la masso-thérapie, puisqu'il n'y a pas de massage, mais cela reste de la thérapie par le mouvement" explique t'il.

"C'est quelque chose d'assez nouveau en France. Cela se pratique déjà depuis longtemps en Amérique du Nord, et pour une certaine catégorie de patients, c'est quelque chose de très utile."

Florence, 40 ans, ancienne sportive de haut niveau, a subi juste avant le début du confinement une opération au genou, les fameux ligaments croisés. 

Ne plus aller chez son kiné aurait pu tourner à la tragédie personnelle, mais finalement, elle y a trouvé son compte.

"Quand on a un petit coup de mou, c'est mieux d'aller chez le kiné, car il vous re-motive ou vous remonte un peu les bretelles. Mais c'est toujours mieux que rien et je suis ravie de ne pas subir cette rupture ou cet isolement alors qu'on est censée être en rééducation."

Reportage de Guillaume Roulland

Des tutos gratuits en un simple clic

Mieux encore. A l'initiative d'un kiné nîmois, qui proposait déjà des séances via internet pour maintenir le lien avec sa patientèle, l'Institut de Formation des Masseurs-Kinésithérapeutes de Montpellier, ou celui-ci est enseignant, a également créé sa propre chaîne Youtube.

Ce sont les étudiants, les apprentis kinés, qui y prodiguent leurs bons conseils et qui proposent à tout à chacun, vidéos à l'appui, des exercices en fonction des pathologies des uns et des autres.

C'est totalement gratuit et accessible en un simple clic, car l'IFMK y voit aussi un véritable intérêt pédagogique pour ses étudiants.

"En l'espace de trois semaines et demi, on est déjà à 60 petits films" explique Mathias Willame, masseur-kinésithérapeute à Nîmes, enseignant à l'IFMK et pilote de cette opération.

"Cela va de conseils sur la kiné du sport à des exercices pour des personnes qui sortent d'un traitement pour un cancer du sein. Cela a aussi un impact psychologique très positif. Car ces jeunes kinés sont très empathiques, et cela fait du bien à un moment ou nous sommes très éloignés les uns des autres."

Mathias Willame, masseur-kinésithérapeute à Nîmes et enseignant à l'IFMK de Montpellier

Choix de la station

À venir dansDanssecondess