Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Coronavirus: les étudiants privés de leur job font des sacrifices sur la nourriture

-
Par , France Bleu Alsace, France Bleu Elsass

La galère des étudiants confinés et privés de leur job, car sur les campus aussi la crise du coronavirus amplifie les inégalités. A Strasbourg par exemple, avec la fin de leurs jobs, c'est sur la nourriture que de nombreux étudiants font des sacrifices

Confinés et sans job étudiant
Confinés et sans job étudiant © Radio France - Valence

Luca est étudiant en musicologie à Strasbourg. Le jeune-homme de 24 ans est confiné dans son studio de 25m2, privé de son job de standardiste au CROUS, l'organisme qui gère notamment les bourses d'études. Un emploi qui lui assurait jusqu'en février un salaire de 400 à 500 euros par mois. Entre son loyer, allégé par les APL, l'aide au logement, et ses abonnements téléphone et internet, Luca n'a plus aujourd'hui qu'une centaine d'euros par mois pour vivre. Alors pour manger, c'est pâtes quasiment à tous les repas.

la crise sanitaire a rompu la corde

"Hors crise sanitaire on est constamment sur une situation de corde tendue", explique Jean-Valentin Foury, le président de l'AFGES, l'association des étudiants de Strasbourg, "et la crise a rompu la corde. Beaucoup d'étudiants tenaient tout juste grâce à leur job, dans les prochaines semaines ça va être de plus en plus catastrophique".

une distribution d'aide alimentaire tous les mercredis

Chaque mercredi, l'AFGES organise sur le campus une distribution d'aide alimentaire. "Mercredi dernier on a eu une queue qui entourait tout le bâtiment", explique Jean-Valentin Foury, "plus de 400 étudiants, contre une centaine habituellement". L'AFGES estime à 2500 le nombre d'étudiants strasbourgeois qui seraient aujourd'hui en situation de précarité alimentaire.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess