Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus

Coronavirus : les hôpitaux privés montent en puissance pour accueillir les patients touchés

-
Par , France Bleu

Alors que les hôpitaux publics arrivent à saturation dans plusieurs régions, notamment dans l'Est et certains départements d'Île-de-France, les hôpitaux et cliniques privées, qui ont encore des lits libres, commencent à recevoir les patients, après avoir déploré de ne pas être sollicités.

L'accueil du nouveau service dédié au Covid-19, dans une clinique de Brive.
L'accueil du nouveau service dédié au Covid-19, dans une clinique de Brive. © Maxppp - Stéphanie Para

Alors que l'épidémie de coronavirus ne cesse de s'aggraver en France, les hôpitaux arrivent à saturation dans plusieurs régions : dans l'Est, plusieurs convois ont été organisés par avion militaire ou en train médicalisé pour évacuer des malades vers des régions moins touchées. Certains patients ont même été évacués en Suisse ou en Allemagne. A Ajaccio, c'est un porte-hélicoptères de l'armée qui a évacué des patients. Dans certains départements d'Île-de-France comme en Seine-Saint-Denis, des hôpitaux sont aussi surchargés, et l'AP-HP demande des transferts de patients. Les hôpitaux et cliniques privés, qui arrivent en deuxième ligne pour recevoir les patients, commencent à traiter des malades, alors que leurs représentants déploraient de ne pas être assez sollicités en début de semaine.

Des milliers de lits libérés dans le privé

Au total, près de 4.500 lits en réanimation et soins critiques avaient déjà été libérés en début de semaine par les établissements de la Fédération de l'hospitalisation privée, la FHP, et par les établissements de soins à but non lucratif. "Nous pouvons augmenter ces capacités grâce au dévouement de nos médecins et soignants", avait indiqué dans un communiqué le président de la FHP, Lamine Gharbi, en rappelant que 100.000 interventions chirurgicales non-urgentes avaient été déprogrammées au sein des hôpitaux privés afin de libérer des places. Ces capacités sont importantes, alors que 5.000 lits de réanimation seulement étaient disponibles voilà quelques semaines.

Dans plusieurs départements, les cliniques se sont préparées à recevoir des patients : c'est le cas dans l'Hérault, ou plusieurs cliniques sont mobilisées, ou en Savoie, où le nombre de lits de réanimation et de soins intensifs a été doublé grâce à la coopération entre l'hôpital de Chambéry et la clinique de Challes-les-Eaux. Près de Rennes, le Centre hospitalier privé Saint-Grégoire a déprogrammé ses opérations non urgentes pour accueillir les malades du Covid-19. En Corse, l'un des foyers de l'épidémie, les cliniques ont aussi libéré des lits pour accueillir des patients, comme en Bourgogne-Franche-Comté, notamment à Besançon.

"Nos établissements sont totalement vides", déploraient les hôpitaux privés en début de semaine 

"Sur la région Île-de-France, nous avons plus de 250 établissements privés. Nous sommes une force d'appoint. Mais nous ne sommes pas sollicités", s'est emporté Lamine Gharbi, le président de la FHP mercredi sur France Bleu Paris. "Dans plusieurs régions y compris parmi les plus touchées, des lits de réanimation et de soins critiques libérés dans les cliniques restent vides ou sous-occupés. Les médecins et anesthésistes libéraux des établissements privés sont peu sollicités", regrettait la FHP dans un communiqué.

Dans le Grand Est, "70 places de réanimation ont été libérées dans des cliniques", qui n'avaient "pas toutes été sollicitées", a expliqué la FHP. Pourtant, plusieurs patients atteints du coronavirus ont été évacués vers Marseille et Bordeaux, puis vers l'Allemagne et vers la Suisse. 

Les structures privées  montent en puissance rapidement

Mais la situation est en train de changer rapidement. Exemple avec l'hôpital de la Fondation Adolphe de Rotschild, situé dans le 19e arrondissement de Paris, qui accueille déjà 33 patients atteints du coronavirus. 18 patients sont en réanimation. "Il y a 48 heures, l'ARS d'Île-de-France a demandé à tous les hôpitaux privés d'augmenter leur capacité en réanimation, et aux cliniques privées de se mettre en ordre de marche", explique Jean-Michel Devys, directeur médical de crise à l'Hôpital Fondation Rotschild. "Il y a dix jours, le nombre de lits en réanimation était de 800 en Île-de-France. On nous avait demandé de passer à 1.500-1.600 lits, et il y a 48h, on nous a demandé un second effort pour atteindre 2.500 lits en réanimation."

On accueille désormais quatre à cinq patients par jour - Jean-Michel Devys, directeur médical de crise à l'Hôpital Fondation Rotschild

"On accueille désormais quatre à cinq patients par jour", explique Jean-Michel Devys. Pour libérer ces lits, "on a arrêté toute activité non urgente et on a fermé 14 salles d'opération". En plus des 39 lits de réanimation et des 8 lits d'unité de soins continus, l'établissement a ouvert 26 lits pour des patients moins gravement touchés.

Dans d'autres régions, des cliniques accueillent également déjà des patients. C'est le cas de la polyclinique de Reims-Bezannes, qui a accueilli ses premiers patients en réanimation dès le 19 mars. Ils ont été transférés depuis le CHU de Reims. A Amiens, la clinique Victor Pauchet soigne déjà "une quinzaine de patients atteints du COVID-19".

Pourquoi les structures privées sont-elles mobilisées plus tard ? 

Lorsqu'une crise sanitaire se produit, ce sont en fait d'abord les hôpitaux publics, qui ont plus de moyens pour traiter les patients en état grave, qui sont sollicités. Les agences régionales de santé, qui orientent les patients, privilégient dans un premier temps les structures qui disposent d'un service d'urgences et qui accueillent un siège du Samu. Un choix qui exclut, de fait, les hôpitaux privés. "Dans les plans de gestion des crises sanitaires, les hôpitaux publics, qui disposent de moyens plus importants et prennent généralement en charge les accidents les plus graves, sont toujours en première ligne, et les cliniques en deuxième ligne", expliquait mardi Frédéric Valletoux, le président de la Fédération hospitalière de France, qui réunit les hôpitaux publics, à l'AFP. 

"L'attitude de certaines cliniques n'est pas toujours très claire", expliquait Frédéric Valletoux mardi, qui assure que plusieurs établissements "ont renâclé à prendre des patients". Un phénomène confirmé par Philippe Juvin, chef des urgences de l'hôpital parisien public Georges-Pompidou. "Sur le terrain, on perçoit souvent des réticences lorsqu'on propose des malades", a déclaré le médecin urgentiste sur France Inter.

La coopération public-privé essentielle 

Dans certaines régions, la coopération public-privé, essentielle pour coordonner et gérer l'afflux de patients, se passe donc très bien. C'est le cas en Moselle, où elle "fonctionne très bien", assure le Dr Sébastien Gette, responsable du service de réanimation du CHR de Metz-Thionville à France Bleu Lorraine. C'est aussi le cas à Amiens, où les contacts sont très réguliers entre les deux structures. C'est également le cas à Ajaccio. En Centre-Val-de-Loire, les hôpitaux travaillent avec les cliniques privées pour qu'elles viennent les aider, a indiqué Olivier Boyer, le directeur du centre hospitalier d'Orléans  à France Bleu Orléans lundi. A Rennes, les établissements hospitaliers privés de l'agglomération, prêtes à recevoir des patients, travaillent également en lien avec le CHU de Rennes.

"Tout le monde va devoir être sur le pont"

Vu l'aggravation de l'épidémie dans le pays, le nombre de patients va continuer à augmenter dans les structures privées. "On essaie de solliciter le plus tard possible les gens dont ce n'est pas la spécialité. Mais personne n'y coupera, malheureusement", soulignait un porte-parole de l'ARS Île-de-France mardi à l'AFP.

Pour Marie-Sophie Desaulle, présidente de la Fehap, la Fédération des établissements hospitaliers et d’aide à la personne privés non lucratifs, "il y a eu un 'retard à l'allumage''", mais les lits des hôpitaux privés commencent à être "bien occupés". "L'idéal serait de ne pas reproduire ce qu'il s'est passé en région Grand-Est. N'attendons pas que les hôpitaux publics soient surchargés et leurs soignants épuisés", prévient-elle.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu