Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Coronavirus : les internes en médecine du CHRU de Nancy répondent à l'appel

-
Par , France Bleu Sud Lorraine

L’intersyndicale nationale des internes en médecine a lancé un appel à la mobilisation générale des internes pour soutenir les hôpitaux français face à l'épidémie de coronavirus. Au CHRU de Nancy, des centaines d'internes se sont portés volontaires.

La structure d'accueil et de dépistage du coronavirus est en place depuis mardi 25 février au CHU de Nancy.
La structure d'accueil et de dépistage du coronavirus est en place depuis mardi 25 février au CHU de Nancy. © Radio France - Adrien Bossard

« Les internes sont motivés, ils répondent à l’appel », se réjouit Bouchra Assabah, représentante des spécialités médicales à l’AMIN, l’association des médecins internes de Nancy. Des centaines d'internes se sont déjà portés volontaires au CHRU de Nancy suite à l'appel lancé par l'intersyndicale nationale des internes en médecine, lundi 16 mars 2020. 

Des internes mettent fin à leurs congés pour soutenir leurs collègues

Certains mettent fin à leurs congés, d’autres font une pause dans leur semestre de recherche pour venir soutenir leurs collègues face à l'épidémie de coronavirus. Une liste a été constituée pour dispatcher les volontaires vers les services qui en ont le plus besoin : en pneumologie, en réanimation et en maladies infectieuses.

Certains internes déjà affectés à un service sont  envoyés vers les services les plus sollicités.  Mais « certains ne peuvent pas se porter volontaires car leur présence est déjà indispensable, comme aux urgences par exemple », explique Bouchra  Assabah.

Un accompagnement psychologique renforcé

Dans ce contexte particulier, l'accompagnement psychologique des 1200 internes du CHRU de Nancy est renforcé : un dispositif de permanence téléphonique est à disposition des internes qui en ressentent le besoin. Mais la représentante des internes l’assure : « tout le corps médical a besoin d’un accompagnement face à la situation. »

Les internes tiennent également à mobiliser les citoyens. « _La population peut aider aussi, en respectant les  règles de confinement et les gestes barrières_, rappelle Bouchra Assabah. C'est essentiel pour éviter la saturation de nos hôpitaux et préserver les soignants.»

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu