Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Coronavirus : les livraisons du vaccin AstraZeneca plus faibles que prévu en février, rattrapage en mars

-
Par , France Bleu

Dans le cadre de la lutte contre le coronavirus, la France attend moins de doses de vaccin d'AstraZeneca en février, avant un rattrapage en mars, a indiqué mardi 23 février le ministère de la Santé. L'arrivée du vaccin de Janssen est espérée en mai plutôt qu'en avril.

Des doses de vaccin AstraZeneca.
Des doses de vaccin AstraZeneca. © Radio France - Anthony Michel

"On va atteindre 1,7 million de doses en février pour AstraZeneca au lieu de 2,5, ce qu'on avait initialement prévu", "mais c'est un décalage" et "si on cumule février et mars, on retombe sur nos pieds avec 5,9 millions de doses cumulées", a-t-on indiqué, ce mardi 23 février au ministère de la Santé lors d'un point hebdomadaire sur les vaccins. Selon la même source, après une livraison de 550.000 doses la semaine dernière, le même nombre est attendu cette semaine et aux alentours de 850.000 doses devraient arriver la semaine prochaine. Le total attendu de près de 6 millions de doses fin mars est déjà en deçà de prévisions antérieures, qui étaient fixées à 9 millions à la fin du premier trimestre, rappelle l'Agence France presse (AFP). 

Au ministère de la Santé, on insiste surtout sur l'enjeu d'utiliser ces doses, en concédant qu'"on a une question de déficit d'image pour AstraZeneca" qu'il faut rattraper, après que des questions ont été soulevées sur ses effets secondaires et son efficacité. Pour l'instant, ce vaccin est réservé aux personnes de 50 à 64 ans atteintes de comorbidités, soit deux millions de personnes environ, et aux professionnels de santé de moins de 65 ans. La Haute autorité de santé (HAS) ne l'a pas recommandé à ce stade pour les tranches d'âges supérieures en raison d'un manque de données. En visite au Conseil économique, social et environnemental (CESE), le ministre de la Santé Olivier Véran a toutefois souligné mardi qu'une étude écossaise rendue publique lundi, pas encore évaluée par d'autres scientifiques, montrait "une efficacité absolument phénoménale de l'AstraZeneca chez les personnes âgées, même de 65 ans et plus".

Le vaccin de Janssen en mai plutôt qu'avril

Concernant le vaccin de Janssen, filiale de l'Américain Johnson & Johnson, "l'arrivée devrait avoir lieu en mai", a ajouté le ministère, alors que de précédentes prévisions, début février, tablaient sur 2,7 millions de doses en avril. "Le laboratoire nous dit qu'avril leur semble difficile" mais _"l'hypothèse est encore en train d'être validée, c'est le 'worst case scenario' _[le pire scenario]", ajoute la même source. Néanmoins, "on ne devrait plus être dans une problématique de tensions sur les doses" à ce moment-là, avec plus de 30 millions de doses cumulées prévues en France au mois d'avril pour les trois premiers vaccins autorisés en Europe (Pfizer/BioNTech, Moderna, AstraZeneca), souligne le ministère de la Santé.

Après presque deux mois de campagne de vaccination, très critiquée au départ pour sa lenteur, plus de 2,5 millions de personnes en France ont reçu au moins une dose de vaccin, dont plus de 1,1 million ont été vaccinées avec deux doses.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess