Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus

Coronavirus : "Les masques en priorité pour les soignants et les malades" estime un urgentiste parisien

-
Par , France Bleu Paris

Après bientôt une semaine de confinement en France, les masques pour lutter contre le coronavirus sont toujours insuffisants. "La priorité doit aller aux soignants et aux malades", affirme un urgentiste parisien ce lundi sur France Bleu Paris.

Il n'y aura pas de masques pour toute la population, ils doivent aller d'abord aux soignants et aux malades
Il n'y aura pas de masques pour toute la population, ils doivent aller d'abord aux soignants et aux malades © AFP - THOMAS SAMSON

Ce mardi, à midi, la France aura passé une semaine en confinement pour lutter contre la propagation du coronavirus. "Le virus ne vient pas frapper à votre porte, mais d'un individu qui va vous le transmettre", explique le docteur Gérald Kierzek, chef urgentiste à l'Hôtel Dieu à Paris. Avant d'envisager un confinement encore plus strict, "il faut déjà respecter celui mis en place pour casser la circulation du virus."

Des masques pour se protéger et protéger les autres

"Le masque FFP2 est d'abord pour les soignants, pour se protéger de l'entrée du virus", précise le médecin. "Le masque chirurgical, ne sert pas à filtrer, il ne filtre pas les microbes, en revanche, si tout le monde pouvait être équipé, ça protège l'autre de nos propres postillons. Le problème, c'est que l'on n'a pas les quantités nécessaires donc il faut les donner en priorité aux soignants et aux malades".

Des essaies cliniques positifs pour un traitement

Depuis plusieurs jours, des tests sont menés pour tenter de trouver un traitement au coronavirus. La Chloroquine, prescrit contre le paludisme, donne des résultats selon le professeur Didier Raoult. "C'est un chercheur sérieux", affirme Gérald Kierzek. "Il faut accélérer les essaies cliniques. Sur ses 36 malades, la molécule a eu plus que de très bons résultats."

"Il ne faut pas faire n'importe quoi non plus", met en garde l'urgentiste parisien. "Ce n'est pas la peine de se précipiter en pharmacie pour en acheter. Il faut vraiment accélérer les essaies, c'est ce que le ministre à dit et dans 15 jours, on aura des résultats."

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu