Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Santé - Sciences
Dossier : Coronavirus

Coronavirus : les masques en rupture de stock dans les pharmacies d'Île-de-France

-
Par , , France Bleu Paris, France Bleu

Depuis que le coronavirus venu de Chine fait la Une des infos en France, les masques de protection s'arrachent. Les pharmacies de la région parisienne ont été dévalisées et les stocks désormais, sont vides.

Image d'illustration.
Image d'illustration. © Maxppp - Christophe Morin

Île-de-France, France

C'était déjà un best-seller depuis que la grippe est arrivée en Île-de-France, mais avec l'annonce du coronavirus en Chine et désormais des premiers cas français, les masques de protection se vendent comme des petits pains en pharmacie. A tel point qu'en région parisienne, "la plupart des officines" sont désormais en rupture de stock confirme Martial Fraysse, président honoraire du conseil régional de l'ordre des pharmaciens et membre de l'académie nationale de pharmacie.

"Nos clients d'origine chinoise sont inquiets, veulent s'équiper et font des stocks pour leur famille, raconte ce pharmacien de Fontenay-sous-Bois dans le Val-de-Marne. Des stocks à envoyer là-bas même parfois. On les sent anxieux, ils demandent beaucoup si on des masques, si on va pouvoir en avoir bientôt. Il n'y a pas péril, il faut rassurer et informer de l'attitude à tenir en cas de doutes."

Des livraisons en urgence dans "les prochains jours"

"On trouve encore des masques chirurgicaux mais qui doivent être portés par les malades eux-même", continue le représentant de la profession. Ce sont les masques FFP2 que l'on ne trouve plus, c'est-à-dire les masques de prévention. Et comme il n'y avait pas de stock établis, réactifs à cette situation, nos grossistes eux-mêmes sont en rupture. Mais nos fournisseurs nous ont assurés que nous aurons ces masques dans le courant de la semaine prochaine. La logistique étant ce qu'elle est, ces nouveaux stocks nous serons livrés dans les prochains jours", rassure encore Martial Fraysse.

A la pharmacie "Aprium Grande Pharmacie de Beaugrenelle", dans le 15ème arrondissement parisien, comme dans la plupart des autres commerces d'Ile-de-France, les clients sont nombreux. "Là c'est ma troisième", témoigne Virginie, dépité d'y entendre encore une fois le même refrain. "C'est à chaque fois la même réponse, il n'y en a pas, rupture de stocks. J'imagine qu'il faut être très réactif, parce qu'ils étaient déjà en rupture cette semaine." Une autre cliente, Marine, souhaitait elle aussi s'équiper, sans succès. "C'est une précaution supplémentaire. On prend des précautions en se lavant les mains, en évitant de pas tousser vers les gens, mais c'est vrai que le masque, à priori, protège d'avantage."

Une "certaine psychose" chez les parisiens

Marine se dit prête à attendre le réapprovisionnement de la pharmacie, prévue mardi.  Elle est donc ajoutée à la liste d'attente de la pharmacienne, longue d'une dizaine de noms. "Il y a de tout. De la personne active, des jeunes mamans à cause des bébés, des personnes âgées et beaucoup de touristes", détaille la pharmacienne, Alexia Léon. "On se rend compte que les chinois qui sont à Paris viennent en masse, parce que si j'ai bien compris, il y a pénurie en Chine, donc ils achètent ici.  Il commence à y avoir une certaine psychose chez les parisiens, ça commence à être un peu compliqué à gérer."  Car à chaque livraison, les stocks partent en quelques dizaines de minutes. Face aux nombreux acheteurs, la pharmacienne tente de rassurer. "Il n'y a pas besoin de se stresser pour l'instant." 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu