Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Coronavirus : les masques en tissu toujours aussi efficaces selon l'OMS et l'Académie de médecine

-
Par , France Bleu

Alors que le gouvernement français recommande d'éviter les masques faits maison, l'Organisation mondiale de la santé et l'Académie de médecine ont assuré que les masques en tissu sont toujours aussi efficaces, même face aux nouveaux variants du coronavirus.

Les masques en tissu sont aussi efficaces que les masques chirurgicaux selon l'OMS et l'Académie de médecine (illustration).
Les masques en tissu sont aussi efficaces que les masques chirurgicaux selon l'OMS et l'Académie de médecine (illustration). © Radio France - Stéphanie Berlu

"Les masques en tissu sont toujours aussi efficaces, même face aux nouveaux variants du coronavirus, car le mode de transmission est le même", a déclaré vendredi l'OMS. Pour la responsable de la gestion de la pandémie à l'Organisation mondiale de la santé, "les masques en tissu, non chirurgicaux, peuvent être utilisés par toutes les personnes âgées de moins de 60 ans qui ne présentent pas des problèmes de santé particuliers"

L'Allemagne et l'Autriche viennent d'imposer les masques médicaux (chirurgicaux ou FFP2) dans les commerces et les transports. En France, le ministre de la Santé a demandé jeudi soir aux Français de ne plus utiliser certains masques en tissu dont ceux faits maison. D'ailleurs, sans attendre un  éventuel décret, certains établissements de santé et autres lieux d'accueil du public, ont déjà pris la décision d'interdire les masques en tissu, quels qu'ils soient. "Les pays sont libres de prendre les mesures qu'ils estiment nécessaires" a réagi la représentante de l'OMS.

"Un tel changement de recommandations risque de susciter l'incompréhension" - Académie nationale de médecine

De son côté, l'Académie nationale de médecine a aussi critiqué l'idée de bannir les masques en tissu. Cette mesure "relève d’un principe de précaution que justifie le risque d’une reprise épidémique, mais il manque de preuve scientifique : variant ou non, le SARSCoV-2 utilise les mêmes voies de transmission, avec la même aptitude à franchir les masques faciaux. L’efficacité des masques "grand public" n’a jamais été prise en défaut dès lors qu’ils sont correctement portés." L'Académie de médecine insiste : "Un tel changement des recommandations concernant une pratique avec laquelle l’ensemble de la population avait réussi à se familiariser risque de susciter de l’incompréhension et de raviver les doutes sur le bien-fondé des préconisations officielles." 

En revanche, l'institution a proposé un nouveau réflexe pour lutter contre la propagation du Covid-19 : "Le port obligatoire du masque dans les transports en commun, où la distanciation physique ne peut être respectée, doit s’accompagner d’une précaution très simple : éviter de parler et de téléphoner".

Choix de la station

À venir dansDanssecondess