Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus

Coronavirus : pénurie de masques dans les pharmacies de Brest

-
Par , France Bleu Breizh Izel

Des pénuries ou des stocks très maigres : dans les pharmacies brestoises, comme ailleurs en France, les masques de protection se vendent largement plus que la normale depuis le début de la propagation du coronavirus. La psychose s'accélère depuis qu'un premier cas a été détecté jeudi dans la ville.

Plusieurs pharmacies sont en rupture de stock de masques face au coronavirus
Plusieurs pharmacies sont en rupture de stock de masques face au coronavirus © Maxppp - Bruno Levesque

Aucun masque FFP2, de meilleure qualité, disponible à la pharmacie Liberté de Brest : "on n'en a aucun d'ordinaire, et quand on a voulu en commander il y a un mois, c'était en rupture de stock chez le fournisseur", explique Constance Barbot. Constat similaire à la pharmacie centrale Hayem : "il nous en restait quelques uns mais _tout est parti hier, il y a sans doute un peu de panique suite au premier cas de coronavirus à Brest_", précise Amandine Le Marchand, préparatrice en pharmacie. Un homme de 72 ans a en effet été hospitalisé à la Cavale Blanche jeudi en réanimation, après avoir contracté le virus lors d'un voyage en Egypte.

Un réapprovisionnement la semaine prochaine

"Les masques FFP2 sont habilités, la fabrication est faite au niveau des fibres pour empêcher un virus de passer, alors qu'un masque classique n'empêche rien avec sa porosité", alerte Constance Barbot. Face aux pénuries dans les pharmacies, certains clients préfèrent acheter sur internet des masques classiques qui ne sont en réalité pas efficaces, parfois à prix d'or. 

Jeudi, le Premier ministre a annoncé que 200 millions de masques anti-dispersion supplémentaires ont été commandés pour faire face à la demande. Les pharmacies doivent aussi en récupérer, mais n'ont eu aucun détail sur le nombre que chacune recevra. "L'ordre des pharmaciens nous a dit qu'on sera _approvisionné gratuitement la semaine prochaine_, explique Constance Barbot, mais ce sera réservé aux professionnels de santé sur présentation d'un bon de l'assurance maladie. Les médecins généralistes, les infirmiers, les aide-soignants qui sont au contact de personnes âgées et fragiles vont être la priorité je pense"

"Une forme de panique"

Depuis fin janvier, certains brestois tentent tout de même leur chance. "On a _plusieurs dizaines de demandes de masques par jour_, constate la pharmacienne. Plus les foyers se rapprochent de la France, plus les gens paniquent. On commence aussi à manquer de gel hydroalcoolique et beaucoup se renseignent sur la chloroquine, un médicament qui  a été évoqué comme ayant potentiellement un effet".

La pharmacie centrale n'a déjà "plus de gel hydroalcoolique ni de lingettes désinfectantes". "Pour les masques, on a eu une demande importante dès le début des gens qui voyagent ou qui en ont envoyé à des proches en Chine par exemple, ajoute Amandine Le Marchand. Les masques sont surtout importants pour ceux qui sont malades : ceux qui veulent se protéger des autres en mettent aussi, mais la protection est moindre dans ce sens".

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu