Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Coronavirus : Les médecins généralistes s'inquiètent pour les autres patients, qui désertent leurs cabinets

-
Par , France Bleu Orléans

L'Union Régionale des Médecins Libéraux et l'association France Assos Santé, qui représente les usagers du système de santé, s'inquiètent d'une conséquence de l'épidémie de Covid 19. Les cabinets médicaux sont vides, les patients n'osent pas s'y rendre, au risque de mettre leur santé en danger

Un médecin de l'association SOS Médecin lors d'une téléconsultation.
Un médecin de l'association SOS Médecin lors d'une téléconsultation. © Radio France - Bastien Thomas

Après le syndicat des cardiologues libéraux, qui s'inquiétait d'une baisse importante des prises de rendez-vous des patients suivis pour des malades cardiaques chroniques, et une baisse des signalements de symptômes, ce sont les médecins généralistes eux-mêmes qui s'alarment.

"Depuis le début du confinement, de nombreux médecins libéraux constatent avec inquiétude une désaffection de leurs patients bénéficiant habituellement d’un suivi médical" prévient l'Union Régionale des Professionnels de Santé Centre Val de Loire

La crainte des dommages collatéraux de l'épidémie

"Certains patients ne veulent en effet pas déranger leur médecin traitant inutilement, car ils les imaginent débordés par l'épidémie, d'autres craignent d’être contaminés en se rendant dans les cabinets médicaux ou d’être verbalisés au prétexte que leur motif de consultation ne serait pas jugé assez urgent dans le contexte de confinement imposé" poursuit l'URPS dans un communiqué. "Il ne faut pas confondre renoncement aux soins et report de soins". 

Autant d'explications à un phénomène alarmant : les cabinets médicaux sont vides. L'association France Assos Santé, qui défend les intérêts des usagers du système de santé, s'alarme aussi. "Il faut surtout continuer à garder le lien avec son médecin traitant, surtout si l'on est atteint d'une maladie chronique" explique Danièle Desclerc Dulac, présidente de France Assos Santé en Centre Val de Loire. 

Nous craignons des pertes de chance pour les malades chroniques

"Ce que nous craignons, c'est qu'il y ait des pertes de chances pour les malades qui n'osent pas appeler leur médecin, des dommages collatéraux de cette épidémie. Il y a même des gens qui n'osent pas appeler le 15, le numéro du Samu, parce qu'ils le savent débordé" regrette Danièle Desclerc Dulac. 

Le message est donc celui-ci : "il faut continuer d'appeler son médecin traitant, il faut absolument un avis médical, seul le médecin est en mesure de vous dire s'il faut maintenir un rendez-vous, modifier un traitement"

L'Union régionale des professionnels de santé précise, elle, que la téléconsultation est maintenant remboursable à 100% dans certains cas, et que dans les cabinets, toutes les précautions sont prises pour réduire au maximum le risque de contamination au Covid 19. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess