Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Coronavirus : les naturistes du Cap d'Agde "assument" l'explosion du nombre de cas positifs

-
Par , France Bleu Hérault, France Bleu

Le seuil d'alerte au Covid-19 est désormais largement dépassé au village naturiste du Cap d'Agde. On peut même parler de cluster à part entière, puisque selon le préfet de l'Hérault, presque une personne testée sur trois est positive. Les autorités s'inquiètent, peu les naturistes, qui assument.

Depuis la semaine dernière, des tests de dépistage gratuits sont effectués à l'entrée du village naturiste du Cap d'Agde
Depuis la semaine dernière, des tests de dépistage gratuits sont effectués à l'entrée du village naturiste du Cap d'Agde © Radio France - Guillaume Roulland

Avec ses deux kilomètres de plage dédiés, ses commerces, ses bars, discothèques, de nombreux hébergements, et même son propre port de plaisance, le village naturiste du cap d'Agde accueille chaque été des milliers d'estivants venus de toute l'Europe. 

Une ville dans la ville, dédiée à la pratique du naturisme, mais aussi d'activités plus "débridées", totalement assumées par de nombreux estivants, français ou étrangers. 

"C'est une plage de tarés !"

Chloé, une jeune toulousaine d'une vingtaine d'années, vient tout juste d'arriver avec son compagnon dans le village. La propagation du virus ne l'inquiète pas, mais ne la surprend pas non plus. 

"Je n'y pense même pas. C'est sans doute un tort, mais on verra bien ce qui se passe" affirme la jeune femme  qui reconnaît, avec un sourire entendu, que "c'est un endroit ou l'on échange des fluides corporels, où il y a plus de contacts physiques que dans d'autres endroits".

Libertinage, échangisme ou diverses pratiques sexuelles débridées. Beaucoup d'habitués du cap d'Agde assument. Didier, originaire de la région Grand Est, fréquente le camping du village naturiste du Cap d'Agde depuis plusieurs étés. Il considère que des mesures plus coercitives auraient dues être prises avant l'été. En particulier en ce qui concerne les lieux les plus "chauds" du village.

"Beaucoup de gens savent très bien pourquoi ils viennent là ! Et c'est en particulier sur "la plage des cochons" qu'il y a le plus grand risque. Je ne vais pas vous raconter dans le détail ce que j'y vois, mais c'est une plage de tarés" affirme ce sexagénaire pour qui, au fil du temps, l'esprit du naturisme a peu à peu été dénaturé.

Emmanuelle, une Orléannaise, vient ici pour des raisons bien précises également. Mais qui dit-elle, ne sont pas forcément incompatibles avec les gestes barrière.

"Je peux vous assurer que chez les libertins, il y a eu beaucoup de précautions de prises. En moyenne, les gens ont une cinquantaine d'années et ils ne sont tout de même pas fous. Et puis le libertinage, _ce n'est pas forcément un contact physique_, cela peut être d'autres pratiques" affirme pudiquement cette quinquagénaire qui fréquente le village depuis une vingtaine d'années.

"De toute façon, si on dépiste tout le monde en France, je pense qu'une personne sur deux a le Covid-19. Il faut en passer par là. Et ne pas oublier que la liberté des uns commence là ou celle des autres s'arrête !"

Un taux de cas positifs 10 fois supérieur à la moyenne nationale

A l'extérieur du village naturiste, juste avant de franchir les barrières automatiques, les tests de dépistage se poursuivent, à raison de trois matinées par semaine (lundi, mercredi et vendredi matins).

Laurent habite le cap d'Agde toute l'année. Il est viticulteur. Il est venu lui aussi se faire dépister avant d'attaquer les vendanges et d'accueillir, pour l'occasion, une vingtaine de saisonniers. D'habitude, il porte un regard plutôt bienveillant sur ceux qui fréquentent le village naturiste. Mais cette année, il est inquiet

"Après leurs vacances, les gens vont repartir dans toute la France ou dans toute l'Europe. Et c'est comme çà que le virus se propage partout !"

Un risque qui n'a pas échappé aux autorités du département. Le préfet de l'Hérault a d'ailleurs décidé ce lundi soir de procéder à la fermeture de 17 établissements supplémentaires accueillant du public au Cap d'Agde. 15 au village naturiste et 2 à l'île des loisirs. Essentiellement des bars et des restaurants.

Ce sont les sapeurs-pompiers de l'Hérault, sous l'autorité de l'Agence Régionale de Santé, qui effectuent ces tests, par prélèvement nasal, et dont le résultat est disponible en 72 heures.

"Je pense que les gens sont inquiets. Ils viennent parce que ils pensent être symptomatiques, avoir été en contact avec des gens symptomatiques, ou parce qu'ils ont été dans des situations ou ils n'ont de toute évidence par respecté les gestes barrière" affirme le Lieutenant Colonel Yannick Rébillon, en charge des opérations.

"Depuis ce lundi matin, les gens qui viennent se faire dépister sont beaucoup moins nombreux que la semaine dernière. Mais le taux de personnes testées positives par rapport au nombre de gens testés, reste de toute façon très nettement supérieur à la moyenne nationale."

Ces opérations de dépistage vont encore se poursuivre tout au long de cette semaine. Car beaucoup de touristes sont encore présents dans les allées ou sur les quais du village naturiste du Cap d'Agde.

Certains promettent d'ailleurs de se faire dépister, mais seulement une fois rentrés à leur domicile, pour "ne pas gâcher la fin des vacances" disent-ils...

Les habitués du village naturiste ne sont pas inquiets, et assument...

L'augmentation importante du nombre de cas inquiète les autorités

Le Lieutenant Colonel Yannick Rébillon des sapeurs-pompiers de l'Hérault, supervise les dépistages gratuits

Didier, un habitué des lieux, estime que des mesures auraient du être prises avant l'été

Les tests de dépistage gratuits ont lieu les lundi, mercredi et vendredi matins
Les tests de dépistage gratuits ont lieu les lundi, mercredi et vendredi matins © Radio France - Guillaume Roulland
Choix de la station

À venir dansDanssecondess