Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Coronavirus : les patients atteints d'une forme longue de la maladie demandent plus de reconnaissance

-
Par , France Bleu Belfort-Montbéliard, France Bleu

Six mois après avoir vaincu la Covid-19, certains patients ne se sentent pas sortis d'affaire. Les symptômes reviennent de façon chronique et les empêchent de retrouver une vie normale. Face à leur mal-être les médecins sont souvent incapables de répondre à leurs interrogations.

Plusieurs mois après le coronavirus, les malades souffrent toujours de symptômes handicapants
Plusieurs mois après le coronavirus, les malades souffrent toujours de symptômes handicapants © Radio France - Mado Oblin

Difficultés respiratoires, maux de tête, fatigue, plus d'odorat ... Une fois le "dur" de la maladie passé, chez certaines personnes, les symptômes de la Covid-19 persistent, parfois pendant plusieurs mois. Le député du Territoire de Belfort, Michel Zumkeller, a alerté le gouvernement, à propos de la situation des patients atteint de formes longues de la maladie lors d'une séance de questions au gouvernement mardi 15 septembre. Olivier Veran, le Ministre de la Santé a répondu que des études sont en cours.  

C'est Corinne Coudreau, l'ancienne maire de Valdoie, dans le Territoire de Belfort, qui a sensibilisé le député. Contaminée en mars dernier, elle avait alors été hospitalisée pendant une dizaine de jours. "_Excusez-moi pour le désordre, cette semaine je suis fatigué_e", prévient l'ancienne élue, quand on entre dans sa maison. "J'ai régulièrement _des assauts de la maladie_, explique-t-elle. Des fois pendant une dizaine de jours j'ai l'impression d'être guérie, puis d'un coup, je suis très fatiguée, avec des douleurs musculaires un peu partout sur des périodes qui peuvent aller de un à 15 jours."

Corinne Coudreau alerte sur la situation de ces malades post-covid
Corinne Coudreau alerte sur la situation de ces malades post-covid © Radio France - Mado Oblin

Aujourd'hui, je ne peux plus dire que je suis guérie", Corinne Coudreau, contaminée en mars par le coronavirus

En conséquence, il lui est impossible de savoir quand elle pourra retrouver sa vie d'avant. "On a l'impression que, dès qu'on va faire quelque chose, on va le payer après et c'est souvent le cas. Résultat, on n'ose plus faire d'activités et on se retrouve dans une sorte de léthargie." 

Un impact sur le moral

Cet état provoque un mal-être, qui a parfois des conséquences importantes pour les malades. Une habitante de Belfort qui préfère rester anonyme confie : "Mon médecin m'a mis sous anti-dépresseurs. Ce qui me pèse moralement c'est de ne pas pouvoir retourner travailler." En arrêt maladie depuis six mois, elle dit avoir l'impression "d'être sortie de la société". 

Comme elle n'a pas été touchée par une forme grave de la maladie, elle dit souffrir d'un manque de reconnaissance : "Pour beaucoup le Covid, ça se résume à un passage en réanimation à l'hôpital", déplore cette mère de deux enfants. "Pourtant ce que j'ai vécu, pendant ma maladie et que je vis toujours ce n'est pas des vacances". Elle est toujours victime de difficultés respiratoires la nuit et certains jours elle souffre d'une grande fatigue.

Une communauté active sur les réseaux sociaux

Son médecin traite ses symptômes les uns après les autres, mais manque de connaissances. Comme Corinne Coudreau, elle n'est plus positive au coronavirus, et se demande de quoi elle souffre. L'ancienne maire s'est d'ailleurs demandé si ce n'était pas "psychosomatique" avant de découvrir les témoignages d'autres rescapés du coronavirus sur les réseaux sociaux. Les deux femmes ont rejoint un groupe Facebook, sur lequel plus de 1500 personnes s'échangent des informations. 

En se rapprochant de ces groupes, je me suis dit : je ne suis pas seule et je ne suis pas folle" - Une habitante de Belfort, souffrant de symptômes persistants.

Pour afficher ce contenu Facebook, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

"On estime à 10 % des personnes qui ont contracté le Covid qui peuvent développer ces symptômes, justifie Corinne Coudreau. Elle se base sur une étude anglaise, en France aucun recensement n'est disponible. "Il faut à un moment donné qu'on en parle et qu'on nous propose si ce n'est des solutions au moins, une attention, une considération". Elle estime que les malades ont besoin de savoir ce qui est fait en termes de recherches. L'ancienne maire souhaiterait qu'un protocole de test puisse être fourni aux médecins traitants, pour une meilleure prise en charge des patients post-covid.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess