Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus

Coronavirus : les pharmaciens d'Auvergne-Rhône-Alpes pestent contre la gestion des masques de protection

La coupe est pleine pour les pharmaciens de la région Auvergne-Rhône-Alpes. Le président de l'Ordre et pharmacien à Tullins (Isère) Hugues Videlier déplore la gestion des stocks de masques à destination des particuliers. C'est principalement le prix et l'approvisionnement qui pose problème.

A la porte d'une pharmacie grenobloise
A la porte d'une pharmacie grenobloise © Radio France - Gérard Fourgeaud

Il a écrit son mécontentement aux préfets des douze départements et aux parlementaires de la région Auvergne-Rhône-Alpes. Hugues Videlier, président de l'Ordre des pharmaciens de la région et installé à Tullins en Isère, s'offusque de la situation liée aux masques de protection, notamment les prix et la difficulté pour refaire les stocks.

"Vendre une boîte de 50 masques à un prix cinq à dix fois supérieur qu'il y a trois mois, c'est une honte" - Hugues Videlier, président de l'Ordre des pharmaciens en Auvergne-Rhône-Alpes

Première chose qu'il note, la très forte augmentation des prix des masques au début de la crise. "Le prix a été multiplié par dix au début de la crise. Maintenant, la situation revient un peu à la normale, même si on est toujours en pénurie. Mais les prix restent très élevés, encore cinq fois plus qu'il y a trois mois" explique-t-il.

La cause de cette augmentation, c'est le plafonnement du prix d'un masque chirurgical à 95 centimes d'euros pièce par le gouvernement. Pour Hugues Videlier, "la colère des clients est tout à fait compréhensible" face au manque et au prix des masques chirurgicaux. "Personne n'y comprend rien et nous sommes sous tension" ajoute-t-il.

Hugues Videlier, président de l'Ordre des pharmaciens en Auvergne-Rhône-Alpes
Hugues Videlier, président de l'Ordre des pharmaciens en Auvergne-Rhône-Alpes - Hugues Videlier

"C'est juste scandaleux"

La question des prix est intimement liée à celle de l'approvisionnement en masques. "En France, on produit 8 à 10 millions de masques chirurgicaux par semaine alors que les besoins hebdomadaires sont de 150 millions. On est bien loin du compte" dit-il.

Conséquence, "on doit s'approvisionner à l'étranger. Les Chinois et les Vietnamiens sont les meilleurs" détaille encore Hugues Videlier. "Aujourd'hui, il faut passer par des importateurs et on a des tas et des tas de propositions à des prix exorbitants avec des personnes que l'on ne connait pas" poursuit-il. "Il faut généralement payer d'avance et j'ai des collègues qui se sont fait avoir par des contrefaçons ou d'autres qui n'ont jamais reçu leurs masques" déplore ce pharmacien.

"On avait la nausée d'apprendre qu'il y avait des stocks dans les grandes surfaces qui se vantaient d'en avoir alors que nous, professionnels de santé, on partait au combat sans casque et sans rien. C'est juste scandaleux" - Hugues Videlier, président de l'Ordre des pharmaciens en Auvergne-Rhône-Alpes.

Par exemple, dans une pharmacie grenobloise, le masque est vendu 95 centimes à l'unité et la vente est limitée à dix exemplaires par personnes. Le commerçant indique également son prix d'achat : 65 centimes et termine par dire que "certains s'en mettent plein les poches". Quelques enseignes de la grande distribution proposent des boîtes de 50 masques pour 25 euros, soit 50 centimes par masques. "J'espère qu'on aura des réponses" dit-il.

A cela s'ajoute la charge de distribuer gratuitement les masques de l'État au personnel de santé (sur justificatif et présentation de la carte vitale), une tâche lourde en organisation car un traçage très strict est demandé par les pouvoirs publics pour chaque masque donné. "Une situation qui devient vite intenable, même si la pénurie de masques commence tout juste à diminuer" selon Hugues Videlier.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu