Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Coronavirus : "Les pharmacies sont réservées aux patients, pas aux clients"

-
Par , France Bleu Hérault

Le coup de gueule du président du syndicat des pharmaciens de l'Hérault : trop de gens se rendent en pharmacie pour des prétextes futiles. La pharmacie est réservée aux personnes malades qui ont besoin de médicaments.

Certains viennent à la pharmacie pour des produits de conforts, ce n'est pas le moment !
Certains viennent à la pharmacie pour des produits de conforts, ce n'est pas le moment ! © Maxppp - Lionel VADAM

Le président du syndicat des pharmaciens de l'Hérault, Frédéric Abécassis, dénonce le comportement aberrant de nombreux habitants du département qui viennent à la pharmacie pour des prétextes futiles. Il était l'invité de France Bleu Hérault ce lundi matin. 

"On a vu des gens qui venaient acheter des couleurs pour cheveux ou des produits de beauté."

"La semaine dernière, depuis l'annonce des mesures de restrictions de déplacements, on a vu un afflux important dans les pharmacies. On a des clients et on a des patients. Les patients sont bien évidemment les bienvenus et les pharmaciens sont là pour soigner les gens qui en ont besoin."

"Mais les clients et les gens qui viennent régulièrement pour acheter autre chose et qu'on reçoit avec plaisir habituellement et même avec envie, aujourd'hui ne sont pas forcément les bienvenus. On a vu des gens qui venaient mettre à jour leur carte Vitale, des gens qui venaient acheter des bricoles."

"Des mesures ont été prises pour éviter aux patients de revenir trop souvent à la pharmacie."

"Si on veut que le confinement soit efficace, il faut limiter ses déplacements à l'essentiel. Des mesures ont été prises pour éviter de faire revenir les gens, c'est à dire qu'on délivre les médicaments sur des ordonnances même si elles ne sont pas encore renouvelables, Quand elles sont expirées, on délivre aussi les médicaments sans que les patients soient obligés de repasser chez le médecin. Mais certains viennent acheter leurs couleurs, leurs produits de beauté à la pharmacie. Je pense qu'il y a un manque de civisme qu'on a remarqué un peu partout." 

"Ce n'est pas parce que la dérogation prévoit qu'on peut se déplacer pour motifs de santé ou pour effectuer des achats de première nécessité qu'il faut venir pour rien à la pharmacie !"

Qu'en est-il des abus sur les prix des gels hydroalcooliques ou des masques ?

"Des pharmaciens qui vendent des masques ou des gels hydroalcooliques à des prix exorbitants ? Franchement, je ne le crois pas. Aujourd'hui, les gels sont délivrés de façon aléatoire dans les officines et les prix sont encadrés par un décret d'État. Donc il ne peut pas y avoir de dérapage."

"La DGCCRF est venue dans les pharmacies faire des contrôles. En période de crise, on a eu droit à des contrôles répétés dans certaines officines." 

"Il est impossible qu'on trouve des masques sous le manteau en pharmacie."

"Concernant les masques, on reçoit des dotations de masques qui sont exclusivement réservés aux professionnels de santé. À un arrêté qui est paru interdisant la vente de masques dans les officines. Il y a une réquisition de l'État sur tous les stocks de masques. Donc, je ne pense pas qu'on puisse trouver sous le manteau des masques dans les pharmacies quand on n'est pas professionnels de santé. On n'arrive déjà pas à fournir tous les professionnels de santé. Donc, il n'est pas possible que dans les pharmacies, on puisse délivrer des masques aux patients. Je ne peux pas vous assurer qu'ici ou là  il n'y a pas des confrères qui dérogent aux règles, comme partout dans la vie. Mais ce n'est pas difficilement possible à l'heure actuelle." 

Frédéric Abecassis, président du syndicat des pharmaciens de l'Hérault

Choix de la station

À venir dansDanssecondess