Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
CARTE - Canicule : neuf départements maintenus en vigilance rouge, 53 en orange
Dossier : Coronavirus Covid-19

Coronavirus : les pompiers critiquent la gestion de la crise sanitaire

- Mis à jour le -
Par , France Bleu

Dans un rapport destiné au ministère de l'intérieur, la Fédération nationale des sapeurs-pompiers de France dénonce une gestion de la crise du Covid-19 trop centralisée et inefficace.

Les sapeurs-pompiers reprochent au gouvernement leur exclusion des mesures de soutien aux soignants.
Les sapeurs-pompiers reprochent au gouvernement leur exclusion des mesures de soutien aux soignants. © Maxppp - Guillaume BONNEFONT

La Fédération nationale des sapeurs-pompiers de France dénonce ce samedi dans un rapport une "gestion de crise éloignée des principes fondamentaux" dans le cadre de la lutte contre le coronavirus Covid-19. 

Les agences régionales de santé critiquées 

La Fédération nationale des sapeurs-pompiers de France fustige d'abord le "choix politique" d'une gestion de la crise par le ministère de la Santé, au détriment d'une gestion interministérielle. Particulièrement attaquées, les agences régionales de santé (ARS), dont la lourdeur et la rigidité sont dénoncées, tandis que leur sont reprochées leur "impréparation à la gestion d'une crise de cette ampleur et leur déficit de culture de gestion opérationnelle". Le rapport pointe aussi du doigt des "rivalités entre ministères" et prône au contraire "une organisation en réseau".

Les pompiers se sentent "oubliés" et "exclus"

Les sapeurs-pompiers reprochent également au gouvernement leur exclusion des mesures de soutien aux soignants, notant au passage que les soldats du feu ont été les grands oubliés de l'hommage du président de la République donné le 25 mars à Mulhouse. Ils réclament "la reconnaissance comme maladie professionnelle _"des "infections au Covid-19 contractées par les sapeurs-pompiers en service"_, de même que la prise en charge à 100% par l'Assurance maladie des tests de dépistage pour ceux d'entre eux qui ont été exposés.    

Les évacuations par TGV : "de pures opérations de communication" 

Autre point d'accroche, l'absence de mise en place d'un numéro d'appel non-urgent, pourtant lancé dans d'autres pays, qui a conduit, selon eux, à une saturation des services d'aide médicale d'urgence (SAMU). La Fédération demande ainsi une organisation en deux numéros des services de secours.  Le rapport est aussi l'occasion de dénoncer le "véritable esbrouffe" des évacuations de victimes entre régions par TGV. De "pures opérations de communication", peut-on lire dans le rapport.    

La Fédération salue néanmoins la "réactivité", la "polyvalence" et l'"adaptabilité" des sapeurs-pompiers, qui ont mené "près de 81 000 interventions" liées au Covid-19 en France. 

"Hélas, les pompiers ont raison"

Interrogé par nos confrères de francinfo, Dominique Bussereau, président de l'Assemblée des départements de France, estime que "hélas, les pompiers ont raison" : "On n'a pas assez utilisé les vrais managers de crise que sont les préfets de département, et la dichotomie entre les préfets et les Agences régionales de santé a conduit à des aberrations".

Le président de la Charente-Maritime a notamment cité des "cliniques privées non utilisées à proximité des foyers de Covid-19, et parfois alors que l'on faisait des transferts très lointains", ou encore, l'exemple d'un "EPHAD dans lequel 15 personnes décèdent sans que moi-même, qui ait la corresponsabilité des EPHAD avec l'Agence régionale de santé, le préfet, le maire de la commune et les habitants de la commune en soient tout simplement informés".

Choix de la station

À venir dansDanssecondess