Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Coronavirus : les tests rapides "antigéniques" sont officiellement autorisés

-
Par , France Bleu

Les tests rapides "antigéniques" du coronavirus sont désormais autorisés, selon un arrêté ministériel publié ce mercredi au Journal Officiel. Ces tests seront réservés aux personnes asymptomatiques, pour décharger les laboratoires et accélérer les résultats des tests PCR.

Les tests rapides "antigéniques" sont désormais autorisés.
Les tests rapides "antigéniques" sont désormais autorisés. © Maxppp - Fred Haslin

Les tests rapides "antigéniques" du coronavirus sont désormais autorisés pour réaliser des opérations de dépistage, mais pas pour les personnes avec des symptômes ou les "cas contacts", selon un arrêté publié mercredi au Journal Officiel

Ces tests, dont les résultats sont déterminés beaucoup plus rapidement que ceux des tests PCR, seront utilisés "afin notamment de décharger les laboratoires de biologie médicale de certaines patientèles et d'améliorer les délais de transmission des résultats des tests PCR", indique le texte de l'arrêté. Le ministre de la Santé Olivier Véran avait déclaré le 8 septembre que ces tests allaient être déployés dans les jours suivants à l'Assistance publique-Hôpitaux de Paris (AP-HP)

Des résultats en "15 à 20 minutes" 

Les tests antigéniques sont eux aussi réalisés à partir de prélèvements dans les narines, mais contrairement au test PCR qui nécessite une analyse en laboratoire, le test antigénique repère des protéines du virus en "15 à 20 minutes", avait alors souligné le ministre. 

Il s'agit d'un "élément d'orientation diagnostique n'ayant pas vocation à se substituer au diagnostic réalisé par PCR", précise l'arrêté. Aussi, "en cas de résultat positif", le test antigénique "doit être confirmé par la réalisation" d'un test PCR. Le texte précise également que ces tests "ne peuvent concerner ni les personnes présentant des symptômes d'infection par le virus SARS-CoV-2 ni les personnes identifiées comme des cas contacts" par la Caisse nationale de l'assurance maladie. 

1 million de tests PCR réalisés chaque semaine en France

En France, un million de tests PCR sont actuellement réalisés chaque semaine. Si "80% des résultats sont disponibles dans les 36 heures qui suivent", selon le ministre Olivier Véran, de nombreuses personnes attendent parfois plusieurs jours avant d'avoir le résultat de leur dépistage, à cause du trop grand nombre de patients à tester. 

Ce mardi devant les sénateurs, le président du conseil scientifique Jean-François Delfraissy a annoncé que des "tests salivaires" virologiques "seront probablement mis en place" d'ici au début du mois d'octobre.

Enfin, les tests sérologiques par prélèvement sanguin, qui permettent de détecter la présence d'anticorps anti-coronavirus, sont également possibles dans les laboratoires d'analyses médicales. En revanche, le ministère de la Santé précise que "l’objectif de la période actuelle est d’empêcher la circulation du virus. Il est donc très important de pouvoir détecter la présence du virus chez une personne, afin que celle-ci puisse prendre toutes les précautions pour ne pas le transmettre. En conséquence, le test le plus utile dans la lutte contre l’épidémie est le test virologique par PCR dans la mesure ou il permet de dire si oui ou non la personne est porteuse du virus à un instant T."

Choix de la station

À venir dansDanssecondess