Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Coronavirus : "Même à 34 ans, on peut se retrouver en réanimation"

-
Par , France Bleu Sud Lorraine

Le maire de Varangéville Christopher Varin s'exprime sur France Bleu Sud Lorraine ce 24 février. Atteint par la Covid, placé dans un coma artificiel, il va mieux aujourd'hui. Le trentenaire veut sensibiliser les plus jeunes et rend hommage aux soignants.

Christopher Varin, conseiller départemental et maire de Varangéville, en septembre 2017
Christopher Varin, conseiller départemental et maire de Varangéville, en septembre 2017 © Maxppp - Alexandre Marchi

Le maire de Varangéville et conseiller départemental Christopher Varin va mieux et prend la parole ce mercredi 24 février sur France Bleu Lorraine. Touché par la Covid, l'élu de 34 ans seulement, est passé en réanimation au CHRU de Nancy, placé dans un coma artificiel, avant de s'en sortir et d'être désormais en rééducation. Il témoigne de son parcours, veut mettre en garde les jeunes qui se sentiraient moins concernés par la maladie et rend hommage aux soignants.

Christopher Varin : "même à 34 ans, on peut se retrouver en réanimation"

"Hors de danger"

"Je suis hors de danger", prévient Christopher Varin. Le maire de Varangéville se dit surpris d'avoir été frappé aussi violemment par la Covid : 

"Lorsque j'ai commencé à déclarer les premiers symptômes, je me suis dit que j'allais suivre un isolement de sept jours et retourner travailler par la suite, mais rien ne s'est passé comme ça."

La fièvre ne retombe pas et dépasse les 40 degrés. Le trentenaire perd l'appétit et voit les symptômes s'intensifier. Son médecin lui demande de se rendre à l'hôpital. Les premiers traitements ne font pas suffisamment effet. Il faut aller plus loin : 

"On m'a présenté les différentes options. Parmi celles-ci, il y a le coma artificiel. Après un échange avec le médecin, j'ai dit que s'il considérait que c'était la solution la plus pertinente, allons-y. A ce moment là, on veut la solution qui nous permet de survivre."

Transparence

Ce sera une semaine dans le coma. Avant de voir les symptômes se dissiper. Il prévient via les réseaux sociaux de son état de santé. Une transparence nécessaire selon Christopher Varin, "par respect pour les habitants" , "pour prévenir l'équipe qui est autour de moi" mais aussi pour prévenir les plus jeunes : 

"En tant que maire, j'entendais beaucoup de jeunes me dire que la Covid, ce n'était pas pour les jeunes, que si on l'attrape, ce ne sont que de légers symptômes. Prendre la parole aujourd'hui, c'est pour avertir cette population qui se sentait privilégiée, que même à 34 ans, on peut se retrouver en réanimation."

Christopher Varin rend hommage au professionnalisme des personnels de santé qui l'ont suivi : 

"Ils n'ont jamais fait ressentir cette fatigue ou un manque de moyens. Surtout, on met des visages sur le mot soignant, on met des gestes au quotidien, des relations. C'est une expérience qui a décuplé l'admiration que j'ai envers cette profession."

Choix de la station

À venir dansDanssecondess