Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Coronavirus : Moderna annonce que son vaccin a une efficacité de 94,5%

-
Par , France Bleu

Après Pfizer et BioNTech la semaine dernière, c'est la société américaine Moderna qui annonce ce lundi que son vaccin contre le coronavirus est efficace à plus de 90%. Elle compte en fabriquer 20 millions de doses d'ici fin décembre.

Moderna annonce que son vaccin est efficace à 94,5%.
Moderna annonce que son vaccin est efficace à 94,5%. © AFP - CHANDAN KHANNA / AFP

La perspective d'avoir rapidement un vaccin contre le coronavirus se concrétise : c'est au tour de Moderna, société de biotechnologie américaine, d'annoncer, via un communiqué ce lundi, que son vaccin était efficace à 94,5%, après la première analyse intermédiaire de leur essai de phase 3. La semaine dernière, Pfizer et BioNTech avaient eux avancé une efficacité de 90%. 

Cela signifie que le risque de tomber malade du Covid-19 a été réduit de 94.5% entre le groupe placebo et le groupe vacciné. Plus de 30.000 personnes participent à l'essai clinique à grande échelle, dit de phase 3, commencé en juillet dernier.

Deux injections séparées de quatre semaines

Le vaccin se fait en deux injections séparées de quatre semaines. Il doit être transporté à -20°C, mais pourra ensuite être stocké décongelé dans un réfrigérateur (2 à 8°C) pendant 30 jours. Il a été co-développé avec les scientifiques de l'Institut national des allergies et des maladies infectieuses, dirigé par Anthony Fauci, un organisme de recherche public. 

Comme pour le vaccin de Pfizer et BioNTech, il est fondé sur une technologie innovante : l'ARN messager, la molécule qui dit à nos cellules ce qu'elles doivent fabriquer. Des instructions génétiques pénètrent ainsi directement les cellules humaines, qu'elles reprogramment pour qu'elles fabriquent elles-mêmes un antigène du coronavirus, afin de déclencher une réponse du système immunitaire. 

Encore des incertitudes

Selon l'analyse préliminaire des premiers résultats, 90 participants du groupe placebo ont attrapé le coronavirus, contre cinq dans le groupe vacciné. Mais aucun malade grave du Covid-19 n'a été enregistré parmi les personnes ayant reçu le vaccin, contre 11 dans le groupe placebo.

D'après le communiqué de Moderna, environ 9 à 10% des personnes vaccinées ont eu des effets secondaires après la seconde dose tels que fatigue, courbatures, ou rougeur autour du point d'injection. "C'est un moment charnière dans le développement de notre candidat-vaccin contre le Covid-19, a souligné le patron de la société américaine, Stéphane Bancel. Cette analyse intérimaire positive issue de notre essai de phase 3 nous donne les premières indications cliniques que notre vaccin peut prévenir la maladie du Covid-19, y compris la forme grave". 

Mais ces résultats n'ont pas encore été évalués par des scientifiques indépendants. Et on ignore encore la durée de la protection conférée par le vaccin, ce que seul le temps révélera.

20 millions de doses en 2020

Si ce niveau d'efficacité se confirme, ce serait l'un des vaccins les plus efficacités qui existent actuellement. Il serait comparable à celui contre la rougeole, efficace à 97% en deux doses. En comparaison, les vaccins contre la grippe ont oscillé entre 19% et 60% d'efficacité dans les dix dernières saisons aux Etats-Unis, selon les Centres américains de lutte contre les maladies.

Moderna prévoit de demander une autorisation de mise sur le marché "dans les prochaines semaines" aux Etats-Unis. La société prévoit de produire 20 millions de doses cette année, et entre 500 millions et un milliard en 2021, grâce à des sites de production et des partenaires industriels aux Etats-Unis, en Suisse et en Espagne.

L'entreprise américaine a signé des contrats avec le Canada, la Suisse, le Japon, Israël et le Qatar et est en négociation avec l'Union européenne ou encore le Royaume-Uni. Les vaccinations dans l'Union européenne pourraient commencer "au premier trimestre 2021" dans un scénario "optimiste", avait avancé la semaine dernière à l'AFP la directrice de l'agence européenne en charge des épidémies.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess