Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Coronavirus : ne portez pas de masque si vous n'êtes pas malades !

-
Par , France Bleu Sud Lorraine

C'est un appel au civisme lancé par la préfecture de Meurthe-et-Moselle. En ces temps de pénurie pour les soignants, beaucoup de particuliers sortent dans la rue avec un masque sur le visage. Pour rappel, si vous n'êtes pas malade, n'en portez pas : c'est totalement inutile.

La préfecture du 54 en appelle à votre civisme : ne portez pas de masque si vous n'êtes pas malades. Les soignants, eux, en ont besoin.
La préfecture du 54 en appelle à votre civisme : ne portez pas de masque si vous n'êtes pas malades. Les soignants, eux, en ont besoin. © Maxppp - Rémy Perrin / Le Progrès

"Ne portez pas de masque si vous n'êtes pas malades : cela ne sert à rien et vous participez à créer une pénurie." Voilà le message lancé ce mercredi par la préfecture de Meurthe-et-Moselle. Il rejoint l'appel au civisme lancé par le directeur général de la Santé, Jérôme Salomon, en début de semaine : "Ne portez pas de masque inutilement. Soyez solidaires avec nos soignants qui se battent au quotidien". 

Les masques sont réservés aux malades et aux soignants

Pourquoi ce rappel à l'ordre ? Parce qu'ils sont encore nombreux les promeneurs et les automobilistes à porter un masque sans raison. L'Organisation mondiale de la santé le rappelle : le masque doit être porté uniquement quand on est symptomatique ou qu'on s'occupe de malades. Pour le reste, c'est totalement inutile, puisque le virus ne se transmet pas dans l'air. C'est pourquoi la préfecture du 54 écrit ce mercredi dans son communiqué : 

L'usage des masques est réservé aux personnes atteintes de la maladie et aux personnels soignants en contact rapproché avec les malades

L'appel au civisme du préfet 54.
L'appel au civisme du préfet 54. - Préfecture de Meurthe-et-Moselle

La pénurie touche hôpitaux et cabinets médicaux

Sur les réseaux sociaux, on commence à s'agacer de certains qui ne respectent pas ce principe de solidarité envers les soignants. "Les gens ont peur et pensent que le masque va les sauver mais ce n'est pas le cas, assure Laurent, pharmacien à Nancy. Ce qui sauve c'est de rester chez soi."

Ce n'est pas la peine de se masquer le visage quand on est au milieu de la place Charles 3 et qu'il y a trois personnes dessus. Les masques, c'est vraiment pour les malades et les soignants.

"Des masques, on en manque, il ne faut pas les détourner, ajoute le pharmacien. Aujourd'hui, plusieurs hôpitaux, EHPAD et cabinets médicaux se plaignent de travailler sans protection, faute de masque. Le gouvernement promet que toutes les pharmacies en recevront d'ici ce jeudi soir. Ces masques pourront ensuite être retirés par les soignants, à condition de montrer leur carte professionnelle. Si vous êtes particulier et que vous n'êtes pas malade, il ne sert donc à rien d'en faire la demande.

"Les masques, on en manque, il ne faut pas les détourner," déclare Laurent pharmacien à Nancy

Masques volés et soignants sans protection

Mais le problème, c'est que certaines livraisons ne se font pas correctement. "Hier, j'ai vu arriver des cartons à moitié vides, raconte Laurent. On n'a pas reçu ce qu'on aurait du recevoir. Les cartons ne sont pas scotchés ! Il y a forcément des gens qui en piquent. C'est comme ça, la France a peur. Mais la protection, elle ne peut être que collective, c'est ça qu'il faut comprendre."

Certains soignants repartent bredouilles de l'officine depuis ce mercredi. "J'ai opposé des refus," conclut amèrement le pharmacien.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess