Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus

Coronavirus : Les Urgences de l'Hôpital Mémorial de Saint Lô se préparent à un "afflux massif" de patients

Le Chef du service des Urgences de l'Hôpital Mémorial de Saint-Lô était ce lundi matin l'invité de France Bleu Cotentin et France Bleu Normandie (Calvados, Orne). Le Dr Thomas Delomas reconnaît un afflux de patients, mais les Urgences de son établissement ne sont pas saturées pour le moment.

Hôpital Memorial Saint-Lo
Hôpital Memorial Saint-Lo © Radio France - Lucie THUILLET

L'Hôpital mémorial de Saint-Lô se prépare au pic de la pandémie du coronavirus attendu ces prochains jours. "On a effectivement un nombre de patients suspects qui augmente progressivement", explique le chef des Urgence de l'Hôpital, le Dr Thomas Delomas. Son service est pour le moment "loin d'être saturé", assure-t-il, mais "le taux d'hospitalisation des patients qui se présentent aux Urgences augmente significativement." En temps normal, il est de l'ordre 20 à 25%. Depuis la fin de la première semaine de confinement, il oscille autour de 40%.

Le taux d'hospitalisation des patients qui se présentent aux Urgences augmente significativement

Pour faire fasse à l'afflux de patients à venir, les Urgences de l'Hôpital mémorial de Saint-Lô se préparent  : "On a complètement transformé notre service d'urgence et les services de l'Hôpital pour recevoir massivement des patients Covid-19", assure le médecin. La semaine dernière, en plus des circuits dédiés aux Urgences, on avait fléché 60 lits pour ces malades. On a encore des réunions de travail pour étendre cet espace, pour accueillir des patients."

La pression semble augmenter à Caen

"Notre objectif est d'être prêt à un afflux massif, explique Thomas Delomas. Mais on espère que les mesures barrières permettront d'atténuer ce pic." Selon lui, les autres services des Urgences de la Manche (à Cherbourg et Avranches) sont confrontés aux même affluences que Saint-Lô. "La pression semble augmenter à Caen", note-t-il toutefois. 

Le chef des Urgence de l'Hôpital de Saint-Lô reste positif : "On a la chance de recevoir de nombreux dons de masques de sociétés et de personnes privés et ça nous aide beaucoup", affirme-t-il. D'autre part, les cas de contaminations parmi les soignants, s'ils existent, sont "plutôt à la marge". "On est très rigoureux sur les mesures barrières et on a des équipes remarquables. Tout le monde se sert les coude", conclut-il.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu