Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Coronavirus : 70 hôpitaux supplémentaires "activés" pour faire face à une éventuelle propagation en France

- Mis à jour le -
Par , France Bleu

Face à l'aggravation de la contamination au coronavirus en Italie, le ministre de la Santé Olivier Véran estime "très probable" la possibilité de nouveaux cas en France. 70 hôpitaux supplémentaires peuvent accueillir de nouveaux malades, soit 108 au total. .

L'hôpital de Padoue, en Italie, est placé en quarantaine en raison de plusieurs cas de coronavirus.
L'hôpital de Padoue, en Italie, est placé en quarantaine en raison de plusieurs cas de coronavirus. © AFP - Massimo Bertolini

Alors que le coronavirus se déploie dans le nord de l'Italie, avec plus de 100 cas officialisés et trois morts dans le pays, le ministre français de la Santé Olivier Véran a indiqué ce dimanche soir qu'il s'entretiendrait prochainement avec des homologues européens pour répondre au risque épidémique lié au coronavirus. Les capacités des hôpitaux français vont être augmentées, avec au moins un établissement par département capable d’accueillir et de traiter les éventuels malades.

"Nous étudions avec attention l'évolution de la situation en Italie", a déclaré Olivier Véran lors d'un point presse après une réunion d'urgence de ministres autour d'Edouard Philippe à Matignon. "Nous avons convenu d'un prochain entretien réunissant plusieurs ministres de la Santé de l'Union européenne, probablement la semaine prochaine, pour aborder ensemble comment faire face au risque épidémique", a ajouté le ministre. 

Le ministre a souligné que la situation épidémique n'avait pas évolué en France, où une seule personne reste hospitalisée, alors qu'un touriste chinois est mort à Paris et que dix autres patients sont guéris, avant d'ajouter qu'il estime "très probable" la possibilité de nouveaux cas en France.

70 hôpitaux supplémentaires activés 

Quelque 70 hôpitaux supplémentaires vont "être activés" pour faire face à une éventuelle propagation en France du coronavirus, afin d'avoir au moins un établissement par département en métropole, a indiqué le ministre de la Santé Olivier Véran. Ces établissements s'ajoutent aux 38 hôpitaux déjà en mesure d'accueillir des malades, soit 108 établissements en tout. Ainsi, "tous les départements de métropole disposeront d'au moins un centre hospitalier capable d'accueillir les malades et de les prendre en charge du début à la fin", a-t-il déclaré.

"Nous agissons vite, nous agissons fort pour faire face à la menace épidémique (...) et nous prenons toutes les mesures qui sont nécessaires pour assurer la sécurité des Français", a insisté le ministre, en soulignant la "situation très évolutive" de l'épidémie.

Les capacités de diagnostic renforcées 

Par ailleurs, la France va renforcer ses "capacités de diagnostic" du Covid-19, apparu fin décembre en Chine, en multipliant les moyens de dépistage et également commander "en quantité" des masques de protection. Plus de 30 laboratoires sont en capacité de réaliser plus de 1.000 tests par jour, a précisé le directeur général de la Santé Jérôme Salomon sur franceinfo ce lundi.

Pas de fermeture des frontières avec l'Italie en vue 

Le ministre a, en revanche, estimé qu'une fermeture de la frontière avec l'Italie "n'aurait pas de sens", interrogé au journal de 20 heures de France 2. "Ça n'aurait pas de sens parce qu'un virus ne s'arrête pas aux frontières", a-t-il expliqué. Un point de vue confirmé par le directeur général de la Santé Jérôme Salomon, ce lundi sur franceinfo : pour lui, pour contrer rapidement l'épidémie, les contrôles aux frontières ne servent à rien. Pour lui, il faut "proposer une détection rapide des cas."
"La situation est préoccupante en Italie", admet Jérôme Salomon. "Des cas sont probables en France du fait de cette proximité mais notre objectif est toujours le même : proposer une détection rapide des cas."

Les Alpes-Maritimes, département frontalier de l'Italie, se préparent 

Le coronavirus n'est pas encore arrivé sur la Côte d'Azur mais les autorités se préparent. Le maire de Nice va rencontrer en urgence ce lundi 24 février le préfet des Alpes-Maritimes pour faire un point sur les moyens mis en oeuvre par l'Etat.

"Face à la propagation du coronavirus en Italie" Eric Ciotti demande au Premier ministre la mise en place d’un plan d’urgence pour le département des Alpes-Maritimes, et "la mobilisation des centres hospitaliers et le contrôle renforcé de la frontière", indique le député des Alpes-Maritimes dans un communiqué ce dimanche. 

"Le département des Alpes-Maritimes frontalier de l’Italie enregistre des flux quotidiens de dizaines de milliers de personnes avec l’Italie. Les vacances scolaires, le carnaval de Nice, ou la fête du citron de Menton, qui se déroulent en ce moment même, renforcent fortement ces flux et exposent la population azuréenne et française à ce virus", s'est inquiété Eric Ciotti.

Le point sur l'épidémie.
Le point sur l'épidémie. © Visactu - Visactu
Choix de la station

À venir dansDanssecondess