Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Coronavirus : nouveaux transferts de patients en TGV vers les hôpitaux de Poitou-Charentes

-
Par , France Bleu Poitou, France Bleu La Rochelle

De nouveaux transferts de patients atteints du Covid-19 se sont déroulés en TGV médicalisés ce vendredi. Avec cette fois-ci, une quarantaine de patients d'Ile-de-France. Quinze malades ont été répartis notamment dans des hôpitaux de Niort, Poitiers, Angoulême et Saintes.

Les malades accueillis au CH Niort arrivent d'hôpitaux d'Ile-de-France
Les malades accueillis au CH Niort arrivent d'hôpitaux d'Ile-de-France - Valérie Chauveau CH Niort

A l'hôpital de Niort, les véhicules du Samu sont arrivés un peu avant 14h30 ce vendredi. A l'intérieur, deux patients atteints du coronavirus, un homme de 64 ans et une femme de 69 ans, immédiatement transférés en unité de réanimation Covid-19

Deux TGV médicalisés sont partis ce vendredi matin de Paris avec à leur bord une quarantaine de malades pour soulager les hôpitaux d'Ile-de-France. Direction pour l'un de ces trains Angoulême avec arrêt en gare de Poitiers-Futuroscope. Des patients ensuite redirigés vers les hôpitaux de Poitiers (neuf patients), Saintes (un patient) Angoulême (trois patients) ou encore Niort (deux patients).

L'un des TGV est arrivé en gare d'Angoulême ce vendredi
L'un des TGV est arrivé en gare d'Angoulême ce vendredi - Préfecture de la Charente

Il faut beaucoup de matériel 

Niort où, pour la première fois, des soignants de l'hôpital ont participé au transfert depuis Paris. Une équipe de sept personnes est partie dès jeudi soir : deux médecins urgentistes, trois infirmières de réanimation, un infirmier anesthésiste et un ambulancier. 

"C'est toute une organisation", explique le docteur Farnam Faranpour, responsable du pole urgences-Samu-Smur du centre hospitalier de Niort. "Il faut beaucoup de matériel pour prendre en charge ces patients lourds qui sont intubés, ventilés. Il fallait le réunir tout en gardant à Niort. Et il faut toujours du matériel en plus, au cas où", explique-t-il. Le CHNDS a fournit une aide, tout comme l'entreprise Atlas qui fait du rapatriement sanitaire privé.

Une équipe de sept personnes du CH de Niort a participé au transfert depuis Paris
Une équipe de sept personnes du CH de Niort a participé au transfert depuis Paris - Valérie Chauveau CH Nioty

Tout est minuté

Une fois les patients arrivés en réanimation à Niort, le docteur Cécile Bardet peut souffler. "Depuis 6 heures, ça fait long. On finit par avoir chaud, on a soif, on ne respire pas bien sous les masques. Et puis il y a cette tension, tout est minuté sur place", raconte-t-elle. La mission est accomplie. "L'idée c'est que cette partie transport soit la plus sécurisée possible. Toute la logistique de réanimation doit être exportée de façon optimale et ça s'est très bien déroulé", ajoute Mathieu Violeau médecin urgentiste à Niort pour qui cette expérience est "enrichissante".

Cécile Bardet, Stéphane Duvignac et Mathieu Violeau font partie de l'équipe de sept soignants de l'hôpital de Niort mobilisés sur le transfert
Cécile Bardet, Stéphane Duvignac et Mathieu Violeau font partie de l'équipe de sept soignants de l'hôpital de Niort mobilisés sur le transfert © Radio France - Noémie Guillotin

13 personnes sont ce vendredi hospitalisées en réanimation à Niort pour une capacité de 18 places. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu