Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus

Coronavirus : 186 décès en 24 heures en France, 860 au total

- Mis à jour le -
Par , France Bleu
France

Ce lundi soir, Olivier Véran, le ministre des Solidarités et de la Santé, a présenté le nouveau bilan du Coronavirus Covid-19 en France. L'épidémie a fait 186 décès de plus en 24 heures. 2.082 personnes sont en réanimation soit 1.435 patients supplémentaires en 24 heures.

Transport d'un patient au Centre Hospitalier Emile Muller de Mulhouse.
Transport d'un patient au Centre Hospitalier Emile Muller de Mulhouse. © AFP - PATRICK HERTZOG

Le Coronavirus a fait 186 nouveaux décès ces dernières 24 heures en France, annonce Olivier Véran, le ministre des Solidarités et de la Santé, ce lundi soir, portant à 860 le nombre de personnes décédées dans le pays. 2.082 personnes sont en réanimation, soit 1.435 patients supplémentaires en 24 heures, a précisé le ministre, sur un total de 8.675 patients hospitalisés.

Au total, 19 856 personnes ont été testées positives depuis le début de l'épidémie. C'est 3.176 de plus que la veille.

Parmi les dernières victimes figurent deux médecins : un généraliste et un gynécologue, ce qui porte à cinq le nombre de praticiens décédés des suites du coronavirus Covid-19. "Nous ne les oublierons jamais", assure Olivier Véran. 

"Pour tous ces soignants qui tombent malades, le coronavirus sera automatiquement reconnu comme maladie professionnelle, c'est la moindre des choses", a également annoncé le ministre de la Santé.

L'hôpital militaire prêt, 40 millions de masques livrés

L'hôpital militaire de campagne, qui doit désengorger celui de Mulhouse débordé par l'afflux de malades, "est désormais construit et s’apprête à recevoir ses premiers malades graves."

Les autorités sanitaires doivent gérer des "stocks fragiles" de masques de protection, a par ailleurs indiqué le ministre, qui assure que "20 millions de masques seront livrés cette semaine aux hôpitaux et aux Ehpad, en privilégiant les zones de circulation active du virus" et encore 20 millions aux soignants de ville "au plus tard au début de la semaine prochaine".

"Tous les établissements de santé sont pleinement mobilisés et je les en remercie, tous les métiers du soin dans tous les secteurs. Les cliniques sont mobilisées", a par ailleurs assuré le ministre de la Santé, souhaitent faire taire certaines rumeurs.

Deux nouveaux tests bientôt disponibles

Olivier Véran a indiqué que deux sortes de tests pour identifier les malades du coronavirus "plus rapides, plus simples, évitant de passer par de grosses structures" allaient être disponibles, "nous espérons dans les prochaines semaines". Il s'agit de sérologies qui permettent, par simple prise de sang, de savoir si le patient a ou non contracté la maladie.

Selon le ministre, avec 5.000 tests pratiqués chaque jour actuellement, la France est dans la "moyenne haute" des pays occidentaux, même si l'Allemagne en réalise "un peu plus du double".

Prudence sur la chloroquine

Le Haut conseil de la santé publique, saisi sur la question des nouveaux traitements contre le COVID-19, s'est réuni pour formuler un avis, indique Olivier Véran. Il incite d'une part les médecins à inclure le plus possible de malades dans les différentes essaies thérapeutiques en cours, pour déterminer s'ils sont efficaces ou pas. 

Sur la question de l'hydroxy-chloroquine, un anti-paludique, le Haut conseil recommande de ne pas utiliser ce traitement, sauf si le cas est grave, sur décision collégiale des médecins et "sous surveillance médicale stricte" du patient, indique le ministre. Ce médicament "sera accessible aux équipes médicales hospitalières qui le souhaitent", indique-t-il, même s'il souhaite éviter pour l'instant "toute prescription dans la population", le traitement n'ayant pas encore fait ses preuves. Olivier Véran annonce d'ailleurs vouloir prendre "dans les prochaines heures" un arrêté pour encadrer l'utilisation de ce médicament.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu