Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Coronavirus : Olivier Véran annonce la distribution gratuite de masques pour les plus précaires

-
Par , France Bleu

Le ministre de la Santé Olivier Véran annonce ce mardi que la distribution gratuite de masques pour le "public précaire" va être "relancée".

Olivier Véran annonce une nouvelle distribution de masques pour les plus précaires
Olivier Véran annonce une nouvelle distribution de masques pour les plus précaires © Maxppp - BERTRAND GUAY

Des masques vont être distribués gratuitement pour les personnes les plus précaires, a annoncé ce mardi le ministre de la Santé Olivier Véran. Cela concerne notamment les personnes qui bénéficient de la complémentaire santé solidaire. 

Près de 5 millions de masques avaient déjà été distribués par l'Etat via les CCAS [Centres communaux d'action sociale] au début de la pandémie, a rappelé Olivier Véran. Le ministre de la Santé a souligné aussi que "2 millions de Français, ceux qui sont porteurs de fragilité, peuvent se faire rembourser des masques chirurgicaux sur prescriptions, en pharmacie."

"L'Etat - et le contribuable français - n'a pas vocation à payer des masques (...) pour tout le monde, tout le temps. Donc je pense que ça doit rester une politique sociale", a précisé le président de la République dans la soirée sur TF1. Ceux qui n'ont pas les moyens d'en acheter seront "aidés", a-t-il ajouté, en réponse aux voix qui se sont élevées ces derniers jours pour demander la gratuité.

Depuis lundi, le port du masque est devenu obligatoire dans les lieux publics clos pour enrayer une reprise de l'épidémie de coronavirus, et pourra même valoir une amende de 135 euros en cas d'infraction. Si le gouvernement a plafonné le prix du masque chirurgical à 95 centimes d'euros, "cela peut représenter effectivement pour des familles un coût important", a convenu Bruno Le Maire, soulignant que les entreprises et les administrations équipaient déjà leurs salariés. Pointant ce problème de "surcoût pour les populations précaires", l'association de consommateurs CLCV a demandé lundi dans un communiqué "une aide financière mensuelle de 50 euros par personne composant la famille".

Choix de la station

À venir dansDanssecondess