Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Coronavirus : pas de commande de vaccins cette semaine pour les médecins libéraux, les syndicats furieux

-
Par , France Bleu

Dans une note adressée dimanche soir aux médecins et aux pharmaciens, le ministère de la Santé indique que les commandes de vaccins contre le coronavirus seront réservées cette semaine aux officines, en raison de la faible quantité de doses livrées. Une décision qui révoltent les syndicats.

Une dose du vaccin contre le coronavirus d'AstraZeneca, dans un centre de vaccination du Mans (Sarthe), le 7 mars 2021 [photo d'illustration].
Une dose du vaccin contre le coronavirus d'AstraZeneca, dans un centre de vaccination du Mans (Sarthe), le 7 mars 2021 [photo d'illustration]. © Radio France - Clémentine Vergnaud

"Une décision aberrante, incompréhensible." Les syndicats de médecins libéraux sont furieux après une note envoyée dimanche soir par le ministère de la Santé aux médecins et aux pharmaciens. Dans ce courrier, il est écrit que "pour la semaine du 8 mars, la commande ne sera ouverte que pour les besoins propres des officines, il ne sera pas possible de prendre des commandes pour les médecins compte tenu du nombre de doses livrées par AstraZeneca (environ 28.000 flacons disponibles à la commande)". Cette restriction est la conséquence de l'ouverture de la vaccination en pharmacie "à compter de la semaine du 15 mars", et même dès la fin de cette semaine "dans les 18 départements à la plus forte circulation épidémique".

Mais l'annonce passe mal chez les médecins libéraux qui s'apprêtaient à commander leurs doses pour une quatrième semaine consécutive. Dans un communiqué, le syndicat MG France accuse ainsi la Direction générale de la Santé de "détourner les doses prévues pour les généralistes vers les pharmacies". "Cette décision, si elle devait être confirmée, entrainerait la nécessité de décommander tous les rendez-vous prévus dans les cabinets."

La CSMF, première organisation de la profession, est également en colère : "le ministère de la santé décide de supprimer les doses de vaccin pour les médecins, qu'ils ont habituellement toutes les semaines, pour les attribuer aux pharmaciens la semaine prochaine ! S'imagine-t-il que multiplier les vaccinateurs va multiplier les doses ?" Pour le syndicat, cette décision met les médecins "dans l'obligation d'annuler des rendez-vous déjà pris entre le 18 et le 26 mars"

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d’utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

"La campagne vaccinale ne va donc pas s'accélérer comme nous le pensions" mais au contraire "stagner, voire ralentir avec (ces) annulations et reprogrammations incertaines", prédit le syndicat Jeunes Médecins. De son côté, le syndicat Union française pour une médecine libre (UFMLS) "demande instamment au ministre de la Santé de réagir et de stopper cette décision vécue comme une insulte par la profession".

Deux syndicats réclament la démission du directeur général de la Santé

Le Syndicat des médecins libéraux (SML) juge aussi cette décision "totalement contre-productive et scandaleuse alors que les médecins libéraux s'engagent de plus en plus nombreux dans la vaccination et y ont consacré leur week-end". Une décision qui passe d'autant plus mal qu'à "aucun moment les syndicats médicaux n’ont été informés de cette décision, y compris lors de la réunion hebdomadaire qui s’est tenue encore ce vendredi avec les équipes du ministère de la Santé", d'après le SML. Il "demande la démission du Directeur général de la Santé", qui a commis "la faute de trop" en cédant "au caprice des pharmaciens".

Idem pour le syndicat MG France qui "demande que soit mis fin aux fonctions des responsables de cette décision invraisemblable, dont (...) Jérôme Salomon".

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d’utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

Dans un communiqué, la Direction générale de la Santé précise qu'entre mi-février et le 12 mars, les médecins de ville auront reçu "plus d’1,6 million de doses du vaccin AstraZeneca" et que "l’ensemble des commandes" déjà passées "sera évidemment honoré pour garantir la vaccination du plus grand nombre". Parmi ces doses, 765.000 doivent arriver entre le 11 et le 12 mars et d'après la DGS, "au rythme actuel des vaccinations, cela devrait leur permettre de protéger un grand nombre de leurs patients dans les quinze prochains jours".

Cela devrait donc permettre, d'après la DGS, de compenser une livraison plus faible la semaine prochaine (moins de 300.000 doses). Livraison réservée aux pharmaciens.

La DGS promet "un retour à des volumes plus conséquents (plus de 700.000 doses)" dans les semaines suivantes. "Dès la semaine du 15 mars, médecins et pharmaciens mais aussi, progressivement, infirmiers et sages-femmes, pourront ainsi commander des vaccins AstraZeneca qui leur seront livrés la semaine suivante."

Choix de la station

À venir dansDanssecondess