Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Coronavirus : pas de vaccin "avant 18 mois", estime la ministre Frédérique Vidal

-
Par , France Bleu

Frédérique Vidal, ministre de l'Enseignement supérieur et de la Recherche, a estimé samedi qu’un vaccin contre le coronavirus ne sera sans doute pas disponible "avant 18 mois". "La recherche sur le vaccin prend généralement plusieurs années", a-t-elle ajouté.

Frédérique Vidal, secrétaire d'État à la Recherche
Frédérique Vidal, secrétaire d'État à la Recherche © AFP - Xose Bouzas / Hans Lucas / Hans Lucas

Il n'y aura pas de vaccin contre le Covid-19 avant 18 mois selon Frédérique Vidal, la ministre de l'Enseignement supérieur, de la Recherche et de l'Innovation, contredisant ainsi le président américain Donald Trump qui évoquait la fin de l'année.

"Ce que nous disent les laboratoires, les chercheurs, c'est que l'accélération qu'on a vue dans le développement des essais cliniques nous laisse espérer un vaccin à l'horizon de 18 mois, mais ça n'est pas raisonnable de penser qu'on puisse aller plus vite que ça, sauf à mettre en danger la sécurité des gens", a déclaré Frédérique Vidal, samedi sur Europe 1.

De son côté, l'agence européenne du Médicament (EMA) avait évoqué jeudi un délai d'un an, mais selon un scénario "optimiste". Vendredi, le président américain Donald Trump avait laissé entendre qu'un vaccin contre le nouveau coronavirus pourrait être mis au point avant 2021,"d’ici la fin de l’année, peut-être avant". Selon Frédérique Vidal, ce délai paraît impossible à tenir : "il n’est pas raisonnable de penser que l’on puisse aller plus vite que ça, sauf à mettre en danger la sécurité des gens, ce qui est impossible".

Mercredi, Sanofi, géant pharmaceutique français, avait provoqué l'indignation en annonçant qu'il distribuerait en priorité un éventuel vaccin aux Etats-Unis, car le pays a davantage investi dans la recherche. Emmanuel Macron avait alors répliqué en insitant sur la nécessite d'un un vaccin "extrait des lois du marché". "Il est important de continuer d'avancer avec Sanofi", avait-il ajouté.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess