Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus

Coronavirus - Pays basque : les infirmières libérales en lutte contre le COVID-19

-
Par , France Bleu Pays Basque

La lutte contre le coronavirus ne passe pas seulement par les hôpitaux. Elle englobe aussi les infirmières libérales. Depuis le début de l'épidémie elles tentent de s'organiser, notamment au Pays basque, afin d'intégrer les personnes infectées parmi leurs clients.

Photo d'illustration
Photo d'illustration © Maxppp - F. DELHOMME

C'est une lutte sur plusieurs fronts. Il y a, bien sur, les hôpitaux mais il va falloir compter aussi sur les infirmières libérales. Cette profession tente à son tour d'entrer dans la bataille, notamment au Pays basque.

Sur la rive droite de Bayonne, quartier saint Esprit deux cabinets d'infirmières se sont associés pour mettre au point un dispositif. L'idée est de surveiller les personnes infectées chez elles. Deux types d'interventions pour les infirmières libérales : la surveillance par télémédecine et/ou le déplacement à domicile.

Les protections proviennent d'artisans et de petites entreprises

Mais pour enclencher la bataille il a fallu trouver le matériel. Les protections ont été fournies non seulement par les autorités sanitaires mais aussi et surtout en faisant appel aux entreprises et artisans qui emploient souvent des masques ou des lunettes de protection. Les infirmières ont débusqué aussi des pellicules de plastiques à poser sur les dossiers de leur voiture professionnelles : un don provenant d'un garage auto !

Kit de protection chez une infirmière libérale - Radio France
Kit de protection chez une infirmière libérale © Radio France -

Visiter les infectés du COVID-19 "sur ses jours de repos"

Audrey Robert, infirmière libérale à Bayonne Saint esprit - Radio France
Audrey Robert, infirmière libérale à Bayonne Saint esprit © Radio France -

"Voir les malades du COVID-19 sur mes jours de repos" Audrey Robert

Ensuite, mettre au point les visites si elles sont nécessaires. Pour cela, l'une des chevilles ouvrières de cette mobilisation, Audrey Robert, a trouvé une solution. S'il faut se déplacer chez un malade du coronavirus ce sera sur ses jours de repos. La règle étant de ne jamais mélanger clientèle atteinte de pathologies "normales" et clientèle infectée du COVID-19.

La CPAM de Bayonne demande des volontaires chez les infirmières

La CPAM du Pays Basque demande en ce moment aux infirmières si certaines d'entre elles sont prêtes à intervenir auprès des malades du virus. Dans un premier temps la Sécurité Sociale souhaite que les infirmières procèdent à des télé-consultations. "Mais tôt ou tard il faudra qu'on envoie des personnes chez les malades" précise Marie-Paule Modas de l'association INFIDOM qui regroupe 228 infirmières libérales au Pays Basque "sauf qu'il nous manque du matériel de protection". 

Depuis la semaine dernière, Marie-Paule Modas constate qu'elle n'a reçu des autorités sanitaires que...18 masques chirurgicaux "largement insuffisant quand un masque vous fait 4 heures". Et de constater que les infirmières manquent de tout : blouses de protection, lunettes, gel, gants. "Nous attendions aujourd'hui une livraison de masques mais les pharmacies n'ont rien reçu". 

Marie-Paule Modas à Biarritz - Radio France
Marie-Paule Modas à Biarritz © Radio France -

Un appel aux dons lancé par INFIDOM

Heureusement, il y a les dons étonnants en provenance de tous les secteurs de la société : "l'aéroport de Biarritz nous a donné des masques, tout comme Ikéa". La grosse surprise est venu d'une société de Bayonne. Lynxter, spécialisée dans les imprimantes 3 D, a décidé de fabriquer cent visières de protection pour les infirmières. Gratuitement. INFIDOM lance un nouvel appel aux dons auprès de tout le monde, sociétés et/ou particuliers. Un numéro de téléphone : 06 11 02 89 94

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu