Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Coronavirus : "Plus de patients que lors de la première vague à Nice" selon le chef du service infectiologie

-
Par , France Bleu Azur

À l'aube d'un durcissement des mesures contre la Covid-19, le professeur Michel Carlès chef du service infectiologie du CHU de Nice fait le point sur l'épidémie dans les Alpes-Maritimes

Coronavirus / Illustration
Coronavirus / Illustration © Radio France - Paul Sertillanges

Le professeur Michel Carles chef du service infectiologie du CHU de Nice est en pleine tempête Covid. Il doit gérer la seconde vague de l'épidémie. Une seconde vague qui touche en ce moment toute la France ou presque. Et selon le médecin spécialiste, elle est plus violente que la première pour les hôpitaux azuréens. 

"On a plus de patients que lors de la première vague qui sont admis depuis le mois d’août au CHU de Nice."

Le professeur détaille les derniers chiffres : actuellement 42 patients en réanimation, c'est-à-dire quasiment la capacité maximale. Il explique aussi que le confinement est la solution la plus radicale pour endiguer l'épidémie.

Ecoutez le professeur Michel Carlès, ce mercredi matin sur France Bleu Azur

Quels sont les points de grande contamination ? 

C'est dans le domaine privé et au travail que l'on se contamine le plus selon le professeur. Qui demande aux Azuréens de prendre conscience de l'enjeu alors qu'on constate un relâchement en matière de gestes barrières. 

"Il faudrait éviter les pauses déjeuner, les pauses cigarettes avec les collègues, quand on relâche les gestes barrières. Autre point de contamination les réunions de famille, les mesures barrières sont efficaces ce qui ne marche pas, c'est l'application des gestes barrières."

Comment en finir avec l'épidémie ? 

Il faudra soit l'immunité collective - dont on est très loin - pour le professeur, soit un vaccin qui pourrait arriver d'ici le début de l'année prochaine. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess