Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Coronavirus : "Le temps des bilans et des évaluations" viendra, selon le député de la Manche Philippe Gosselin

-
Par , France Bleu Cotentin

En pleine pandémie de coronavirus, Philippe Gosselin, député de la Manche, se dit attaché à l'unité nationale mais assure que "le temps de faire les bilans" viendra, pour "tirer les enseignements de ce qui se sera passé".

Le député de la Manche Philippe Gosselin
Le député de la Manche Philippe Gosselin © Maxppp - Leon Tanguy

Philippe Gosselin, député de la Manche, prépare l'après-pandémie. Invité sur France Bleu Cotentin ce lundi 23 mars, en pleine crise du coronavirus, il insiste notamment sur la nécessiter de tirer des leçons de la situation. 

France Bleu Cotentin : Les députés LR vont créer une commission d'enquête parlementaire à l'automne pour évaluer la gestion de cette crise. Qu'en attendez-vous ?

Philippe Gosselin : Ce n'est pas le temps des polémiques, mais il viendra le temps des bilans et des évaluations. Il faudra tirer les enseignements de tout ce qui s'est passé. Le positif mais aussi le négatif, sinon on n'avancera pas. 

FB : Qui est responsable de la situation ?

PG : Il n'y a pas de responsables de la situation qui serait une fatalité. La maladie touche tous les pays du monde. Il faut bien se rendre compte que la Pandémie avance. 

Je crois qu'il y a aujourd'hui des gens qui sont en responsabilités, il y a aujourd'hui des gouvernants, que ce soit en France ou ailleurs, il y a des responsables administratifs... Et toutes ces personnes, à un moment ou un autre, auront des comptes à rendre. Comme nous, élus. Nous aurons aussi des comptes à rendre sur ce que nous avons voté ou pas voté.

Sur la question des masques, les responsabilités sont à chercher aujourd'hui et sont à chercher aussi de façon antérieure

FB : Est-ce que ce sont seulement les équipes et les élus actuels ou faut-il chercher également les responsabilités en amont ?

PG : Sur la question des masques, très clairement, les responsabilités sont à chercher aujourd'hui et sont à chercher aussi de façon antérieure. Clairement il y a eu des décisions en 2013 et en 2015 qui ont été prises, mais je crois que fixer une date, c'est donner immédiatement une responsabilité. 

En réalité, je pense qu'il y a des chaînes des responsabilités qui sont à mettre sur la table. Il y a des décision anciennes et des décisions actuelles.

L'heure encore une fois n'est pas à la polémique. Il faut avancer pour lutter ensemble.

Par exemple, il faut savoir qu'un certain nombre d'entreprises en France n'ont pas pu répondre à la commande du gouvernement, parce que le service de la sécurité sociale anglaise a passé des commandes 15 jours avant nous. Comment se fait-il que des commandes aient pu être passées quinze jours avant nous et nous avec autant de retard ?

Mais encore une fois, l'heure encore une fois n'est pas à la polémique. Il faut avancer pour lutter ensemble et je suis très attaché à cette unité nationale pour qu'on soit ensemble à lutter contre cette pandémie.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu