Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Coronavirus : pour Jean Rottner, "la France ne mesure pas la gravité de la situation"

Urgentiste de métier, le président de la région Grand Est, Jean Rottner appelle les Français à prendre conscience de la gravité de l'épidémie de coronavirus. Les hôpitaux sont dans une tension extrême à cause du Covid-19.

Jean Rottner, président de la région Grand Est, également urgentiste de métier.
Jean Rottner, président de la région Grand Est, également urgentiste de métier. © Maxppp - Cedric JACQUOT

"Les Français doivent écouter les mesures qui sont prises et rester chez eux" : contre le coronavirus, le président de la région Grand Est Jean Rottner, est ferme, ce lundi, sur France Bleu Alsace. Urgentiste de métier, il connaît la situation dans les hôpitaux, notamment celui de sa ville, Mulhouse, et constate la "tension extrême" qui règne dans les services de réanimation.

"On accueille tous les jours de nouveaux cas" dans les services de réanimation, "il y a des patients jeunes qu'il faut intuber au bout de quelques heures" explique Jean Rottner. Il alerte contre le risque de manquer, à terme, de respirateurs et affirme qu'il en a demandé en renfort au ministère de la santé.

La France doit se protéger - Jean Rottner

Le Covid-19 "attaque et pénètre la population de façon plus virulente que la grippe" insiste le médecin qui estime qu'"on a surestimé la capacité des Français à faire les bons gestes pour se prémunir". Jean Rottner lui-même reconnaît qu'il ne pensait pas ainsi "il y a 48 heures", mais "la France doit se protéger".

A cet égard, il juge "terribles" les images des Français qui sont sortis ce dimanche, en famille, entre amis, en groupe, profiter du soleil et de la journée de repos dans les parcs et jardins. "La restriction sociale, si on ne la respecte pas, c'est un peu plus de tension sur les structures hospitalières", ajoute le président de la région.

On n'en est pas à "faire des choix" entre patients

Pour autant, Jean Rottner écarte l'idée qu'il faille "faire des choix" comme ce serait le cas en Italie, entre les patients à sauver. "L'équipement et l'organisation ne sont pas les mêmes", mais l'urgence est de se protéger pour éviter d'être infecté et d'arriver à cette situation.

Le coronavirus a officiellement fait 127 morts en France, selon les derniers chiffres, et contaminé 5.423 personnes. Dans le Grand Est, l'un des pires foyers de l'épidémie en France, depuis samedi, ce sont 293 nouveaux cas qui ont été recensés, 1.378 personnes depuis le début, selon l'agence régionale de santé.

Jean Rottner explique que, contre le coronavirus, il va falloir renforcer la médecine libérale : "Un appel a été lancé à tous les professionnels de santé" pour venir renforcer les équipes.

Faut-il reporter le second tour des élections municipales ? "Je ne me pose même plus la question" répond le président de la région Grand Est. Mais face à l'épidémie, il appelle le gouvernement à "prendre les décisions les plus rapides possibles, les plus claires et les plus simples, pour qu'elles soient comprises par la population".

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu