Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Coronavirus : pour le Dr Claude Bronner, "rendre le vaccin obligatoire n'est pas une très bonne idée"

-
Par , France Bleu Alsace, France Bleu Elsass

L'annonce lundi 9 novembre d'un vaccin efficace à 90% contre le Covid-19 relance le débat sur l'obligation vaccinale. Mais pour Claude Bronner, médecin généraliste à Strasbourg et vice-président de la Fédération des médecins de France, l'obligation n'est pas une bonne idée.

Vaccination, image d'illustration.
Vaccination, image d'illustration. © Maxppp - SYLVIE CAMBON

Lundi dernier, les laboratoires Pfizer et BioNTech annonçaient avoir développé un vaccin efficace à 90% contre le coronavirus. Mais faudra-t-il rendre le futur vaccin obligatoire ? Pour Claude Bronner, médecin généraliste à Strasbourg et vice-président de la Fédération des médecins de France  la réponse est tranchée : "Je ne pense pas que l'obligation soit une très bonne idée." 

Les français pas si réticents

Selon un sondage Odoxa-Dentsu Consulting pour franceinfo et le Figaro publié jeudi, seul un Français sur deux se disait prêt à se faire vacciner si un vaccin contre le coronavirus était déployé. 

Mais pour le Dr Bronner, il faut relativiser ces chiffres : "Il y a pas mal de personnes qui effectivement se méfient des vaccins. Mais quand on regarde la couverture vaccinale des enfants, et nous y tenons à nos enfants, on avait déjà atteint plus de 90% de couverture avant l'obligation des principaux vaccins en janvier 2018."

Pour Claude Bronner, la voie de l'obligation peut crisper une partie de la population : "Globalement quand on veut que quelque chose soit bien utilisé, il vaut mieux utiliser la conviction et les arguments qui permettent de se rendre compte que ça en vaut la peine, plutôt que l'obligation."

"Laisser le temps au temps"

"Il faut laisser le temps au temps", poursuit le Dr Bonner, "si vous me demandez à moi aujourd'hui si je vais me faire vacciner, je vous répondrai "ça dépend." Et en fait c'est la bonne réponse parce que ça dépend vraiment de l’efficacité du vaccin, du rapport bénéfice-risque, bref de tous les éléments qu'on a pour tous les médicaments."

Mais il reste persuadé d'une chose : "Si demain on a un vaccin qui marche bien, la plupart des gens seront d’accord pour se faire vacciner."

La course au vaccin
La course au vaccin © Visactu
Choix de la station

À venir dansDanssecondess