Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Coronavirus : pourquoi la Loire est-elle si touchée ?

-
Par , France Bleu Saint-Étienne Loire

Avec six communes parmi les vingt villes françaises les plus touchées par le coronavirus, la Loire affiche un bilan très défavorable au vu du coronavirus. L'ARS de la région Auvergne-Rhône-Alpes avance une série d'explications pour expliquer cette propagation dans le département.

Le couvre-feu est désormais en vigueur dans toute la France
Le couvre-feu est désormais en vigueur dans toute la France © Maxppp - Gao Jing / Xinhua News Agency/Newscom/MaxPPP

Six communes de plus de 10.000 habitants dans le top 20 des villes les plus touchées par le Covid-19, le Chambon-Feugerolles en première place : la Loire est aujourd'hui l'un des départements français les plus touchés par la deuxième vague de coronavirus. L'ARS Auvergne-Rhône Alpes, dans son nouveau point de situation, avance une série d'explications.

Une reprise des contaminations dès l'été

Ce qui est sûr, c'est qu'il n'y a pas eu de gros événement déclencheur comme à Mulhouse, avec le rassemblement évangéliste, mais une multiplication des causes. L'ARS observe chez nous un démarrage des contaminations dès les mois de juillet et août :

Evolution des taux d'incidence pour chaque département d'Auvergne-Rhône-Alpes
Evolution des taux d'incidence pour chaque département d'Auvergne-Rhône-Alpes - ARS Auvergne-Rhône Alpes

Sont en cause les réunions familiales ou entre amis, les mariages. L'ARS a aussi relevé des dîners où plus d'une dizaine de convives ont été testés positifs, ce qui fait autant de cas contacts potentiellement contaminés. Pour les métropoles, comme Saint-Etienne, le nombre important d'habitants et de familles nombreuses dans de petits logements complique les stratégies d'isolement contre la Covid-19. A cela s'ajoute des situations parfois précaires du point de vue économique.

La population de la Loire est plus à risque

Le profil des habitants de la Loire explique aussi ces contamination. La population de la Loire est en moyenne plus âgée que dans le reste de la région. Le nombre d'Ehpad y est aussi plus élevé. Or, de nombreux clusters ont été relevés dans ces établissements courant septembre. Le taux d'incidence des personnes de plus de 65 ans, dans la Loire, est à cette image : il est de plus de 770 pour 100.000 habitants, selon l'ARS, contre 126 il y un mois !

Autre élément important, la population de la Loire souffre davantage, en moyenne, d'affections de longue durée. Ces affections polypathologiques augmentent les risques de contamination et de développement de formes graves de la maladie. 

Le nombre d'hospitalisations dans la région se rapproche des chiffres de mars.
Le nombre d'hospitalisations dans la région se rapproche des chiffres de mars. - ARS Auvergne-Rhône-Alpes

Les étudiants, autre source de contaminations majeures

Le dernier facteur important, à Saint-Etienne, concerne la reprise de la vie universitaire. Les contaminations se sont faites d'abord en dehors de l'université et des grandes écoles, indique l'ARS. Dans un deuxième temps, le virus s'est propagé sur les campus lors des pauses de midi. Dans l'ensemble, les personnels enseignants, techniques et administratifs sont peu touchés.

Au vu des indicateurs, la Loire toute entière vient de passer sous couvre-feu. Les transferts de patients reprennent afin de soulager les services des réanimations. Selon l'ARS, huit patients de la Loire et du Rhône vont être transférés vers des hôpitaux de la Nouvelle-Aquitaine. Quatre Stéphanois sont transférés à Bordeaux ce vendredi.

-
- © Visactu
Choix de la station

À venir dansDanssecondess