Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Coronavirus : pourquoi le Loiret a l'un des plus faibles taux de vaccination en France ?

Quasiment trois mois après le lancement de la campagne vaccinale contre le Covid-19 en France, le Loiret est nettement à la traîne. Il n'a toujours pas passé les 10% de vaccination de sa population, la moyenne nationale étant à 11,6%. Des médecins pointent un manque de doses, ce que dément l'ARS.

64.639 personnes dans le Loiret ont reçu au moins une dose de vaccin contre le coronavirus
64.639 personnes dans le Loiret ont reçu au moins une dose de vaccin contre le coronavirus © Radio France - Noémie Guillotin

Maud, une résidente de l'Ehpad de Coullons près de Gien, avait eu les honneurs des photographes le 5 janvier dernier. Cette Loirétaine de 91 ans avait été la première vaccinée contre le coronavirus dans le Loiret. Quasiment trois mois après, 64.639 personnes du Loiret ont reçu au moins une première injection de vaccin, soit 9,5% de la population totale. Une proportion qui fait du Loiret l'un des départements en France avec le plus faible taux de vaccination, très loin des 11,6% au niveau nationale et 11,3% à l'échelle régionale selon les données de Santé Publique France au 28 mars 2021.

Hors Ile-de-France, à part l'Ain et la Sarthe, aucun autre département n'a un taux de vaccination aussi faible. Et quand bien même on intègre les données franciliennes, le Loiret est le 7e département en France où le taux de vaccination est aussi faible. Mais l'Agence régionale de Santé Centre-Val de Loire estime qu'il n'y a pas de quoi s'inquiéter. 

Une lecture des chiffres biaisée ?

Christophe Lugnot, directeur de cabinet de l'ARS Centre-Val de Loire assure que que si les Loirétains sont peu vaccinés, c'est parce que la population du département est particulièrement jeune et donc, pas prioritaire. 

"Il faut prendre en compte que le taux est lié à la population générale, il englobe donc toute la population. Or, la vaccination aujourd'hui, n'est pas ouverte à toute la population. Certaines catégories de personnes, comme les plus jeunes, ne sont donc pas concernés" insiste Christophe Lugnot, qui ajoute que le Loiret est loin de faire partie des départements les moins biens lotis en termes de vaccination.

"Le Loiret a tout ce qu'il faut en termes de doses. Nous avons effectué, dans l'Indre-et-Loire, un peu plus de 70.000 première injection. Dans le Loiret, un peu plus de 66.000. Ils sont ainsi les deux départements où l'on vaccine le plus dans la région" précise Christophe Lugnot. Un avis que ne partagent pas certains professionnels de santé du Loiret.

Des doses redistribuées aux régions les plus touchées par l'épidémie

A ce jour, dans la métropole d'Orléans, 7.000 à 10.000 personnes âgées de plus de 75 ans n'ont toujours pas été vaccinées, alerte le Dr Thierry Prazuck. Pour le chef du service des maladies infectieuses du CHR d'Orléans, cela ne fait aucun doute, le problème relève d'un manque de doses dans le département. "Les laboratoires ont dit qu'ils allaient livrer un certain nombre de doses et ils n'ont pas tenu leurs promesses. Donc la pénurie de vaccins a entraîné la priorisation de certaines zones, particulièrement touchées, dans lesquelles il a fallu à tout prix mettre les moyens pour réduire la diffusion de l'épidémie".

Le médecin explique qu'il y a ainsi eu une "redistribution des doses de vaccins dans les zones dans lesquelles l'épidémie était en train de flamber", notamment les Hauts-de-France, l'Ile-de-France et la région PACA. Alors le Loiret a-t-il été lésé ? Combien de doses auraient dû être livrées dans le département, et ne l'ont finalement pas été ? Impossible pour le Dr Prazuck de chiffrer. Mais il espère désormais une arrivée massive de vaccins. 66.000 doses doivent être livrées dans le département au mois d'avril. Ce qui permettra, peut-être, selon lui, de "rattraper notre retard."

En Centre-Val de Loire, le taux de vaccination est de 11,3%

En s'arrêtant à la seule région Centre-Val de Loire, tous les départements sont largement au-dessus de 10% sauf le Loiret. A population égale, l'Indre-et-Loire a déjà vacciné au moins une fois 11,3% de ses habitants et l'Eure-et-Loir 10,9%. Pour les autres trois autres départements moins peuplés, les taux de vaccination sont très élevés : 12,3% pour le Loir-et-Cher, 12,7% pour le Cher, et 14,8% pour l'Indre. 

On l'a bien compris, le Loiret est à la traîne pour l'injection de la première dose contre le coronavirus. En revanche, le département se retrouve dans la moyenne régionale et nationale pour la prise de deuxième dose, avec 4% de sa population. Mais on ne peut pas dire que les responsables de vaccination dans le Loiret ont privilégié l'administration des deuxièmes doses car les autres départements du Centre-Val de Loire sont dans les mêmes proportions (sauf le Cher et l'Indre, là encore très en avance avec plus de 6% de leur population ayant eu une deuxième dose). 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess