Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Coronavirus : premier cas d’infection naturelle d’un chat au Covid-19 en France par ses propriétaires

-
Par , France Bleu
France

Une étude menée notamment par l’Ecole vétérinaire d’Alfort rapporte, pour la première fois, "l’infection naturelle d’un chat en France" au coronavirus, "probablement par ses propriétaires". L’EnvA conseille aux personnes malades du Covid-19 de limiter les contacts étroits avec leur animal.

Un chat chez le vétérinaire.
Un chat chez le vétérinaire. © Maxppp - Darek SZUSTER

Pour la première fois, une étude rapporte "l’infection naturelle d’un chat en France" au coronavirus. Ce cas est rapporté ce samedi par des chercheurs en virologie de l’Ecole vétérinaire d’Alfort (EnvA), de l’Anses, de l’Irae, en lien avec l’Institut Pasteur.

Comme pour des cas précédemment identifiés dans le monde, le chat vivait avec une personne malade du Covid-19. Ce cas a été détecté dans le cadre d’une étude sur les chats de propriétaires suspectés d’être infectés par le coronavirus. A ce jour, seuls quatre chats naturellement infectés par le nouveau coronavirus ont été signalés, dans le monde.

Les risques de transmission de la maladie au chat semblent faibles

Dans son communiqué, l’EnvA considère que l'animal a été infecté "probablement par ses propriétaires". L'établissement conseille donc aux personnes malades du Covid-19 de limiter les contacts étroits avec leur chat, de porter un masque en sa présence et de se laver les mains avant de le caresser. 

Les chercheurs de l'Ecole vétérinaire relèvent toutefois que les risques de transmission de la maladie au chat semblent faibles. 

Le 20 avril, interrogée sur la transmission potentielle du Covid-19 par l’intermédiaire d’animaux domestiques, l’Anses (Agence nationale de sécurité sanitaire de l'alimentation, de l'environnement et du travail) concluait qu’à la lumière des connaissances scientifiques disponibles, il n’y avait "aucune preuve que les animaux de compagnie et d’élevage jouent un rôle épidémiologique dans la propagation du virus SRAS-CoV-2".

Choix de la station

À venir dansDanssecondess